William Omari passe Noël avec les Restos du cœur

Mise à jour : 14/12/2011 à 07:23 par Olivier Bassine

William Omari


Le Havre Infos : Quelle est votre satisfaction à célébrer Noël aux Restos du Cœur ?
Noël est pour moi déconnecté de tout aspect religieux, ce qui n’en fait pas un moment sacré.
C’est avant tout un moment de partage, mais au sens large du terme. En ce sens, il n’est pas seulement réservé aux membres de ma famille. En cette soirée, l’entraide est primordiale.
Le public que nous accueillons souffre de solitude et en ces périodes de festivités, justement parce que leurs amis ne sont pas là, la famille non plus, leur solitude pèse plus encore. Je trouve essentiel d’avoir à donner du réconfort.
Est-ce que la tristesse ne l’emporte pas sur la joie, en ces instants ?
Aux Restos du Cœur, nous avons pour habitude d’organiser un repas de Noël pour 150 de nos bénéficiaires qui comptent parmi les plus isolés. Ce repas est pensé en grand.
Pas d’assiettes en carton, ni de gobelets. C’est un vrai repas de fête. La rencontre dure dans le temps puisque nous restons dans le partage de midi à 19h. Alors, évidemment, la parole s’exprime, la solitude est clairement verbalisée. On partage inévitablement des vécus douloureux. Mais cette verbalisation est primordiale. Et puis on danse et on s’amuse aussi.
Cette petite parenthèse de légèreté est nécessaire. C’est la joie qui l’emporte.
Comment réagit votre famille ?
Très bien. Elle comprend parfaitement bien mon engagement. Et elle sait mon besoin d’agir auprès des autres, au cœur d’actions collectives.
C’est dans l’action collective que nous sommes efficaces et que nous déchaînons une force extraordinaire.
Ma femme, mes enfants et petits-enfants, je peux l’avouer, retirent une certaine fierté à me voir œuvrer, même si c’est le soir de Noël.