Vidéo. Hervé Morin, David Bowie, et la Normandie. François Morel récidive, sur France Inter

Hervé Morin devient-il la tête de turc du chroniqueur de France Inter, François Morel ? Après le "trou du cul du monde", l'artiste s'inspire d'un hommage de l'élu à David Bowie.

Mise à jour : 15/01/2016 à 18:48 par Valentine Godquin

François Morel adresse un nouveau clin d'oeil grinçant au président de la Normandie Hervé Morin. (Photo : capture d'écran ©France Inter)
François Morel adresse un nouveau clin d'oeil grinçant au président de la Normandie, Hervé Morin. (Photo : capture d'écran ©France Inter)

« Comment ça va la petite santé, Vincent Lindon ? » C’est par cette question polie que débute la chronique hebdomadaire du chroniqueur et comédien originaire de l’OrneFrançois Morel, sur les ondes de France Inter, vendredi 15 janvier 2016. Évoquant la série d’hommages rendus au chanteur David Bowie, décédé dimanche 10 janvier 2016, le chroniqueur s’est intéressé plus particulièrement à ceux adressés par des politiciens, et notamment Hervé Morin, président de la Région Normandie.

« La drogue, c’est de la merde ! »

François Morel s’appuie sur un tweet publié par Hervé Morin, quelques heures après l’annonce du décès de David Bowie :

Retrouvez la vidéo de la chronique, sur France Inter :

Et il s’interroge :

Hervé Morin et David Bowie ! Une relation insoupçonnable, ébouriffante, j’oserai même dire hallucinante, et qui permet de comprendre bien des choses.

Rappelant les « étonnantes sorties » de l’élu normand telles que le « trou du cul du monde » pour caractériser le département de l’Orne, ou ses souvenirs du Débarquement des Américains en 1944, « 17 ans avant sa naissance », François Morel égratigne une nouvelle fois le président de Région en faisant le parallèle entre les excès en substances illicites du chanteur britannique, et les envolées surprenantes de l’élu, qui font la risée des réseaux sociaux. Le tout en concluant :

La drogue, c’est de la merde !

 

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.