Alençon VIDEO. En Normandie, Edward, 3 ans, ce petit génie du tennis de table

À trois ans seulement, Edward, le plus jeune licencié du club de tennis de table d'Alençon (Orne), a déjà passé la moitié de sa vie avec une raquette de ping-pong entre les mains !

Mise à jour : 14/03/2016 à 16:02 par Manon Loubet

Edward Landais, trois ans, est le plus jeune licencié (Photo : L'Orne Hebdo)
Edward, trois ans, est le plus jeune licencié du club de tennis de table d'Alençon. (Photo © L'Orne Hebdo)

En 2016, la section baby-ping du club de tennis de table L’Étoile Alençonnaise d’Alençon (Orne), accueille le plus jeune joueur de tennis de table de son histoire : Edward, trois ans. Le jeune joueur avait déjà fait sensation sur une vidéo posté sur Youtube par son grand frère, où l’on voit le petit Edward, deux ans, enchainer des échanges dans le salon familial.

Le plus jeune joueur d’Alençon était aussi la vedette du journal télévisé de TF1 de 13 h, dimanche 13 mars 2016.

Le petit génie du ping-pong ornais joue tous les matins et soirs, avant et après l’école, avec son père, Anthony, le président de la section tennis de table locale. Un sport pratiqué en famille par sa mère ainsi que ses trois sœurs et son frère. Et tous les mercredis après-midis, le jeune Edward joue avec ses camarades du baby-ping :

Depuis septembre 2015, Edward vient assidûment au baby-ping, c’est le plus jeune sportif de notre structure, j’étais un peu réticent au regard de son jeune âge, car l’âge des enfants au baby-ping est plutôt autour de 4 à 5 ans, mais devant l’insistance du papa j’ai accepté sa venue et je dois dire que le résultat est impressionnant », précise David Béasse, l’entraîneur d’Edward, à L’Orne Hebdo.

L’Étoile Alençonnaise a conscience d’entrainer une véritable graine de champion. Pour le moment, Edward est trop jeune pour faire des compétitions. Mais d’ici à deux ans, il pourra évoluer sur les terrains des championnats. Un jeune sportif à suivre dans les années à venir.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.