Mont-Saint-Aignan Fillette étouffée par un jouet Kinder. Une faute de Ferrero écartée

Une fillette de trois ans et demi est décédée étouffée par le jouet d'un Kinder Surprise, près de Toulouse. C'est la conclusion de l'autopsie qui a eu lieu mardi 19 janvier 2016.

Mise à jour : 01/02/2016 à 19:43 par La Rédaction

La fillette serait décédée des suites de l’injestion d'un jouet à roulettes contenu dans un œuf Kinder Surprise. (Photo d'illustration © Wikimedia Commons)
La fillette serait décédée des suites de l’injestion d'un jouet à roulettes contenu dans un œuf Kinder Surprise. (Photo d'illustration © Wikimedia Commons)

Mise à jour : Lundi 1er février 2016, le parquet de Saint-Gaudens (Haute-Garonne) a confirmé que la fillette était décédée des suites d’un étouffement causé par une pièce d’un jouet contenu dans un Kinder Surprise. Le parquet a cependant écarté toute infraction pénale, notant qu’ « aucune infraction pénale n’est constituée à l’égard de quiconque. »
La fillette se trouvait dans le salon, sous la surveillance de sa mère, lorsqu’elle a avalé une petite roue en plastique. La notice du jouet stipule qu’il ne peut être « utilisé par un enfant de moins de trois ans » et requiert  « la surveillance d’un adulte pour ceux de plus de trois ans. » La petite fille jouait habituellement depuis environ un mois avec ce jouet, lorsque l’accident s’est produit.


L’autopsie du corps de l’enfant, dont les résultats ont été communiqués mardi 19 janvier 2016, a conclu à l’accident par l’obstruction des voies respiratoires. La fillette s’était étouffée, au cours du week-end précédent, en avalant le jouet d’un œuf Kinder Surprise. Une autopsie accablante pour la marque Ferrero, dont le siège se trouve à Mont-Saint-Aignan, près de Rouen (Seine-Maritime).

Décédée, étouffée par un jouet

La petite fille de trois ans et demi jouait chez sa mère, à Saint-Élix-le-Château, à une quinzaine de kilomètres au sud de Toulouse (Haute-Garonne), lorsqu’elle a ingéré un jouet à roulettes provenant d’un œuf en chocolat produit par une filiale de Ferrero, indique Sud Ouest. Un Kinder Surprise, dont la notice précise qu’ils ne sont pas destinés aux enfants de moins de trois ans. La marque, qui produit également la pâte à tartiner Nutella, indique également dans l’emballage de ces jouets qu’elle conseille la supervision d’un adulte.
La fillette, après s’être étouffée avec le petit jouet, avait pu être réanimée par les sapeurs-pompiers. Mais elle est décédée à l’hôpital Purpan, le CHU de Toulouse, des suites de cet étouffement, relate Le Parisien.

Interdits aux États-Unis

Produit depuis 1974 par la marque Ferrero, dont le siège se trouve près de Rouen, le Kinder Surprise est un œuf en chocolat contenant une capsule, dans laquelle une surprise (un jouet à assembler ou une figurine) est cachée. La société a indiqué avoir « appris la triste nouvelle du décès » de l’enfant. Mais elle n’aurait au « aucun contact ni avec les autorités ni avec les familles » et « n’est pas en mesure de confirmer ou d’infirmer l’implication de sa marque Kinder. » Aux États-Unis, l’œuf Kinder Surprise est interdit à la vente, en raison de la présence de ces petites pièces, jugées dangereuses par les Douanes.

Ferrero va « collaborer pleinement aux investigations »

La marque a indiqué, dans un communiqué, qu’elle entendait collaborer à l’enquête :

Suite au décès tragique d’une fillette de 3 ans et demi en Haute-Garonne, le groupe Ferrero vient d’être informé par le Procureur de la République de Saint-Gaudens qu’une enquête avait été ouverte et que des investigations allait débuter rapidement pour comprendre les causes de ce drame et pour déterminer si le jouet provenait ou non d’un œuf Kinder Surprise.
Face à ce tragique accident, et dans l’attente d’une confirmation de la provenance de ce jouet, le groupe Ferrero et ses salariés s’associent à la douleur de la famille de la fillette et de ses proches.
En accord avec le Procureur en charge de l’enquête, le groupe Ferrero collaborera pleinement et étroitement à ces investigations.
Ferrero rappelle que la sécurité des consommateurs et en particulier des enfants est sa priorité numéro 1 et qu’elle met tout en œuvre pour proposer des produits les plus sûrs possible, en allant au-delà des exigences réglementaires et que tous ses produits mis sur le marché sont contrôlés par des instituts reconnus par la Communauté Européenne.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.