Un jour, je serai juré d’assises ?

Collégiens et lycéens havrais ont aidé la municipalité au tirage au sort de ses 414 jurés d’assises. L'occasion d'une rencontre avec le procureur de la République.

Mise à jour : 23/05/2012 à 12:52 par Karine Lebrun

414 noms désignés tous les 152 noms…ce sont les élèves qui ont, de leur main innocente, extrait les éléments de constitution de ce tout dernier chiffre.
414 noms désignés tous les 152 noms…ce sont les élèves qui ont, de leur main innocente, extrait les éléments de constitution de ce tout dernier chiffre.

Le Havre – Dans sa volonté de sensibiliser le jeune public aux actes citoyens, la municipalité conviait la semaine passée une petite vingtaine d’élèves au tirage au sort des jurés d’assises  : des élèves de 4e et 3e issus des collèges Eugène Varlin, Raoul Dufy et des SAM (Salle d’Activités Municipales) de Danton et du quartier de l’Eure.
Et afin de donner à comprendre la cour d’assises dans tout son fonctionnement, l’adjointe au maire en charge de la famille, Agnès Canayer, invitait le procureur de la république, Francis Nachbar. Ce dernier se prêtait volontiers à l’exercice, conscient de l’intérêt des jeunes pour cette fameuse cour. « Elle est très médiatisée au cours de grands procès ou dans les films à la télé. Les jeunes se passionnent pour les assises. Je trouve excellente cette idée que de les sensibiliser au rôle qu’ils peuvent y jouer ».
Eh oui, tout citoyen inscrit sur les listes électorales peut être désigné par le hasard pour siéger comme juré. Seules conditions exigées : être âgé d’au moins 23 ans, savoir lire et écrire, ne pas exercer une profession incompatible avec cette fonction (magistrat, policier…). « Et si vous n’exercez pas ce devoir civique sans justifier d’une bonne excuse, vous êtes passible d’une amende de 3 750 euros ».
Facile de juger son prochain ?
Échange fructueux entre le magistrat et la jeunesse havraise. Les questions ont fusé, toutes pertinentes. Les collégiens étaient soucieux de connaître le rôle du procureur, celui des avocats et bien évidemment celui des jurés. « C’est une expérience qui effraie au départ mais jamais au cours des 80 procès d’assises qui ont ponctué ma carrière, je n’ai rencontré un juré qui en repart mécontent. Tous ont le sentiment d’avoir fait œuvre utile », déclarait le procureur, « même si, il faut bien en avoir conscience, ce n’est jamais facile d’avoir à juger quelqu’un ». Menouar, lycéen à Porte Océane, se déclarait ravi de l’échange. « J’ai beaucoup appris sur le rôle du procureur, celui du juré. Toutes ces infos vont me permettre d’analyser autrement ce que je lis dans les journaux et vois à la télé. Et si je devais être tiré au sort comme juré, j’aurais moins de crainte maintenant ».
Les élèves concluaient cette rencontre en assistant au tirage au sort informatique des jurés du Havre. 414 personnes étaient désignées, beaucoup âgées de plus de 70 ans. « C’est représentatif de notre société ».
Karine Lebrun