Un ex-militaire radicalisé, originaire de Rouen, prend l'avion avec des armes

Un ex-militaire radicalisé, originaire de Rouen, aurait pris un avion à Nantes, avec des couteaux et une bonbonne de gaz dans ses bagages. Il tentait de rejoindre le Maroc.

Mise à jour : 10/03/2016 à 16:12 par La Rédaction

Manuel B. ex-militaire radicalisé a embarqué à bord d'un avion avec des couteaux et une bonbonne de gaz à l'aéroport de Nantes (Loire-Atlantique) (photo d'illustration V. Joncheray, Le Courrier du Pays de Retz)
Un ex-militaire radicalisé aurait embarqué à bord d'un avion, avec des couteaux et une bonbonne de gaz, à l'aéroport de Nantes (Loire-Atlantique). (Photo d'illustration © V.Joncheray/Le Courrier du Pays de Retz)

Né à Rouen (Seine-Maritime), un homme de 31 ans serait monté à bord d’un avion à Nantes (Loire-Atlantique), dimanche 6 mars 2016, avec des couteaux et une bonbonne de gaz dans ses bagages. D’après des médias marocains, son sac contenait également un canif, une matraque rétractable, une cagoule, une machette et deux canifs. Il a été arrêté à son arrivée à Fès, au Maroc.
La préfecture de Loire-Atlantique indique que les bagages du suspect ont bien été inspectés mais, en l’absence d’explosifs, n’ont pas déclenché d’alerte à l’aéroport de Nantes-Atlantique.

Un ancien militaire radicalisé

L’ancien militaire était déjà connu pour des faits de radicalisation et avait même été assigné à résidence pendant trois mois à Angers (Maine-et-Loire), après les attentats du 13 novembre, a indiqué la préfecture de Loire-Atlantique.
Sa radicalisation aurait été signalée par l’armée dès avril 2013, avant sa radiation du corps militaire en août 2014. Depuis, il est présenté par les services de renseignement comme le leader d’un groupe de musulmans radicalisés à Angers, où il aurait organisé des entraînements paramilitaires.
En 2015, il aurait décidé de partir s’installer au Maroc, rejoint par sa femme et sa fille. Il serait revenu en France pour régler des démarches administratives.

Avec AFP

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.