Dieppe Seine-Maritime. Tué d'une balle dans la tête, à Dieppe. Deux hommes mis en examen

Dans la soirée du 6 janvier 2016, un homme est mort, à Dieppe (Seine-Maritime), tué d'une balle dans la tête. Une autre victime a été retrouvée à l'hôpital. Le point sur l'enquête

Mise à jour : 08/01/2016 à 19:55 par La Rédaction

(Capture d'écran © Google Street View 2015)
À l'arrivée des secours, au 3 rue de la Rade, à Dieppe (Seine-Maritime), un homme de 43 ans était décédé. La seconde victime, grièvement blessée, a été retrouvée à l'hôpital. (Capture d'écran © Google Street View 2015)

Vendredi 8 janvier 2016, deux jours après le meurtre d’un homme de 43 ans, dans un appartement de Dieppe (Seine-Maritime), deux suspects ont été mis en examen.
Le premier, locataire de l’appartement âgé de 35 ans, est soupçonné d’avoir tué une de ses connaissances d’un tir de fusil de chasse, dans la soirée du mercredi 6 janvier. Il est mis en examen pour « meurtre, tentative de meurtre et modification de la scène de crime », a indiqué vendredi soir la procureure de la République de Dieppe, Valérie Cadignan.
Le second, un témoin de la scène âgé de 54 ans, qui se trouvait dans l’appartement, est mis en examen pour « complicité de meurtre et modification de la scène de crime ».

Un mort, un blessé grave et deux suspects interpellés

À l’origine, les sapeurs-pompiers avaient été appelés par un témoin, pour secourir un homme blessé par balle, au 3 rue de la Rade à Dieppe. Mais en arrivant sur place, ils avaient trouvé un homme de 43 ans décédé. Il avait un impact de projectile à l’arrière de la tête.
La police avait alors interpellé deux personnes : le locataire de l’appartement et un de ses amis. Ils étaient tous deux fortement alcoolisés et ont été placés en cellule de dégrisement puis en garde à vue.
Ce n’est que le lendemain, en fin d’après-midi, qu’une seconde victime, grièvement blessée, s’est présentée aux urgence du centre hospitalier de Dieppe. Cet homme de 31 ans présentait lui aussi deux orifices au niveau du nez et au niveau de l’oreille.

Une cohabitation qui dégénère

Interrogés par les enquêteurs du SRPJ de Rouen, cette seconde victime a désigné le locataire de l’appartement comme étant l’auteur présumé des tirs. « Le locataire de l’appartement déclare, dans sa dernière audition, avoir tiré une seule fois, en direction de la victime décédée. Il conteste avoir tiré sur la seconde victime », poursuit la procureure de la République de Dieppe.
Motif de ce tir au fusil de chasse (un calibre 14 millimètres qui a été retrouvé caché dans une trappe) : la victime aurait vécu depuis septembre 2015 dans l’appartement du tireur présumé. Celui-ci aurait déclaré aux enquêteurs « qu’il était exaspéré par cette situation car la victime vivait à son crochet et ne l’aidait en rien. Il la tient notamment responsable du départ de sa compagne, laquelle n’aurait pas supporté la cohabitation », relate le parquet.
Dans un premier temps, la victime blessée avait fait part d’une affaire de vol de téléphone portable, qui aurait été à l’origine des tirs.

Deux suspects en détention provisoire

L’homme tué par balle présente à l’arrière du crâne, deux orifices, l’un n’ayant pas transpercé le crâne, l’autre de diamètre plus important, a observé le médecin légiste au cours de l’autopsie, qui a eu lieu dans la matinée du vendredi 8 janvier.
Le pôle criminel de l’instruction, à Rouen, a été saisi et un juge d’instruction est désormais chargé de l’affaire. Les deux suspects – le locataire et le témoin – ont été mis en examen et placés en détention provisoire.

• Plus d’informations à venir sur Normandie-actu.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.