Sotteville-lès-Rouen Sport extrême. Ce médecin de l'agglo de Rouen est champion de nage... en eau glacée !

Alexandre Fuzeau, médecin généraliste à Sotteville-lès-Rouen, près de Rouen (Seine-Maritime), pratique un sport de l'extrême peu connu : la nage en eau glacée. Présentations.

Mise à jour : 17/03/2017 à 12:18 par Fabien Massin

Alexandre Fuzeau, médecin et champion de nage en eau glacée. (photo © Alexandre Fuzeau)
Alexandre Fuzeau, médecin et champion de nage en eau glacée, ici à Tallinn (Estonie). (photo © Alexandre Fuzeau)

Au-delà des limites. Alexandre Fuzeau, médecin généraliste à Sotteville-lès-Rouen, près de Rouen (Seine-Maritime), excelle dans une discipline originale et peu connue : la nage en eau glacée. Dans le domaine, il enregistre 18 records de France et quatre records du monde. Une passion qui lui vaut un surnom : « Ice doctor » (traduisez, docteur glace).

Début mars 2017, Alexandre a empoché la médaille de bronze en Coupe du monde de nage en eau glacée, dans sa catégorie (50-55 ans), à Tallinn (Estonie). Alexandre Fuzeau est également le seul Français à avoir réalisé l’épreuve du kilomètre zéro. Comment le corps peut-il affronter, sans se mettre en danger, une eau avoisinant zéro degré ?

> LIRE AUSSI : Un étudiant se lance le défi de traverser la Manche pour faire avancer la science

Adepte des sports extrêmes

« Depuis longtemps je pratique des sports de l’extrême : ironman, ultra trail ou saut à l’élastique, explique le sportif, membre du club les Vikings, de Rouen. J’ai découvert cette discipline par hasard et je me suis mis à la compétition il y a deux ans. Je me suis rendu compte que je supportais bien le froid. En fait, les conditions froides me stimulent. »

La nage en eau glacée nécessite un entrainement spécifique. Toute l’année, il faut régulièrement acclimater son corps à évoluer dans un environnement froid. Pour Alexandre Fuzeau, le terrain de jeu, c’est la Seine, à proximité de l’Île Lacroix  - avant d’aller à la piscine Guy-Boissière, effet jacuzzi à la clé garanti – , ou des lacs de la région.

Bien sûr, l’idéal serait de pouvoir se baigner dans la Baltique toute l’année. En novembre, en Lettonie, la mer est à 2°C, quand à la même époque, la Seine est à 5°C.

> LIRE AUSSI : Portrait. Uchka, ce petit Mongol de 8 ans, sacré champion d’échecs en Normandie

Connaissance de son corps

La discipline est divisée en deux sous-catégories : la nage hivernale et la nage en eau glacée proprement dite (température de l’eau plus froide et distance de nage plus longue). Enjeu : éviter les deux principaux périls, liés à de telles sollicitations physiques, problèmes cardiaques et hypothermie.

« La nage en eau glacée est l’un des sports les plus intenses. Au plaisir de la nage s’ajoutent d’autres paramètres à gérer : dosage froid/distance, température du corps, etc. C’est ce qui donne toutes ses lettres de noblesse à ce sport. Entre 0 et 5 degrés, la différence est très importante, chaque degré compte. Par ailleurs, pendant l’effort, le corps produit de la cortisone et de l’endomorphine et cela stimule les hormones. »

L’esprit des aventuriers

De « simple » compétiteur, Alexandre Fuzeau est également devenu entraîneur. C’est lui qui a créé l’Association française de nage en eau glacée, et il a pris la tête de l’équipe de France, qui se prépare pour les prochains championnats du monde, à Tallinn, en mars 2018.

> LIRE AUSSI : Sébastien, candidat de Normandie : « Koh-Lanta m’a permis de me recentrer sur l’essentiel »

Et le fait d’être médecin constitue-t-il un atout ?

C’est à la fois un avantage et un frein, car je connais précisément les risques encourus. Mais c’est le point commun de tous les aventuriers, des explorateurs aux sportifs de l’extrême : pour aller toujours plus loin, il faut à la fois être plus fou et plus raisonnable que la moyenne…

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.