Caen Sondages. En Basse-Normandie, des habitants refroidis par la réunification

Ils étaient 62% à vouloir la réunification, en 2000, ils ne sont plus que 56%, quinze ans plus tard. Les habitants de Basse-Normandie, refroidis par la fusion ? Sondage(s).

Mise à jour : 24/10/2015 à 15:27 par La Rédaction

En Normandie, la question de la capitale continue de diviser. (Illustration Chaunu pour Le Havre Infos)
En Normandie, la question de la capitale continue de diviser. (Illustration © Chaunu pour Le Havre Infos)

À l’aube de la réunification de la Normandie et à moins de deux mois des élections régionales, l’institut de sondage BVA a posé la question aux Normands(1). Êtes-vous satisfaits de la fusion de la Haute et de la Basse-Normandie ? Une question à laquelle 63% des sondés ont répondu « oui ». Mais les habitants de l’actuelle Région Haute-Normandie semblent nettement plus emballés que leurs cousins de la Basse…

Entre 2000 et 2015 : deux sondages sur la fusion

Le choix de Rouen (Seine-Maritime), comme capitale provisoire de la Normandie réunifiée aurait-il refroidi les Bas-Normands ? En 2000, un précédent sondage (également réalisé par l’institut BVA) posait une question similaire : « Si un référendum était organisé dans les régions de la Basse Normandie et de la Haute Normandie sur une proposition d’unification de ces deux régions en une seule, la Normandie, vous, personnellement, voteriez-vous pour ou contre l’unification ? » La réponse : un « oui » pour 65% des personnes interrogées (67% en Haute-Normandie, 62% en Basse-Normandie).
Quinze ans plus tard, en 2015, la réunification est désormais actée. Et le sondage BVA révèle que 63% des habitants de la Région sont satisfaits de la fusion des deux collectivités. En Haute-Normandie, le nombre de personnes favorables à la réunification a augmenté de deux points (69%). En Basse-Normandie, il a diminué de six points : 56% de satisfaits. Mais, dans l’ensemble, la réunification semble satisfaire une majorité de Normands :

La Normandie est d’ailleurs la région approuvant le plus ce nouveau découpage des régions et cette adhésion est équivalente entre les deux anciennes régions. Notons également que cette nouvelle configuration ne semble pas connue de tous, puisque 15% des habitants ne peuvent se prononcer sur la question », note l’institut

Les Normands, d’accord pour fusionner, pas d’accord sur la capitale

Parmi les motifs de désaccord, figure la question de la capitale. Rouen a en effet été choisie comme capitale provisoire de la Normandie réunifiée. Une décision qui passe mal, en Basse-Normandie. Dimanche 25 octobre 2015, des chefs d’entreprises vont notamment défendre Caen (Calvados), pour qu’elle devienne la capitale de la Normandie, en organisant une marche pour se faire entendre.
La question de la capitale a été posée par l’institut BVA. Et la réponse est plutôt claire : 78% des habitants de Haute-Normandie jugent que faire de Rouen la capitale est une bonne chose ; en Basse-Normandie, ce chiffre est de… 15%.

Ce résultat traduit le mécontentement des Bas-Normands qui auraient certainement préféré Caen comme capitale pour la nouvelle région. En effet, seuls 15% des habitants de Basse Normandie estiment que Rouen est une bonne capitale pour la région, alors que près de 8 habitants sur 10 en Haute Normandie (78%) le pensent », analyse l’institut BVA.

Paradoxe du sondage BVA ? Parmi toutes les Régions qui vont fusionner en France, c’est en Normandie que le taux de satisfaction est le plus élevé : 63% des sondés sont « très ou plutôt satisfaits » de la fusion des deux collectivités. Mais c’est également en Normandie que persiste le plus important désaccord sur le choix de la capitale.

Les Normands sont à 63% d'accord sur la question de la fusion. Le choix de la capitale, lui, fait toujours débat. (Document : BVA)
Les Normands sont à 63% d'accord sur la question de la fusion. Le choix de la capitale, lui, fait toujours débat. (Document : BVA)

(1) Pour réaliser ce sondage, l’institut BVA a interrogé un échantillon de 906 habitants de Normandie, issu d’un échantillon de 12 408 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée dans chaque région par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, profession du chef de famille et de l’interviewé, département de résidence et catégorie d’agglomération. L’enquête a été réalisée par Internet entre le 6 et le 14 octobre 2015.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.