Dieppe Un kiné condamné en Seine-Maritime. Une femme de 96 ans lui aurait acheté une Mercedes

Un ancien kinésithérapeute de Dieppe a été condamné à 18 mois de prison avec sursis pour abus de confiance. Il aurait soutiré de fortes sommes d'argent à une vieille dame.

Mise à jour : 18/01/2016 à 12:25 par Karine Lebrun

Le kinésithérapeute aurait reçu 50 000 euros pour l'achat d'une Mercedes (photo d'illustration Fotolia ©Lenaconstantin).
Le kinésithérapeute aurait reçu 50 000 euros pour l'achat d'une Mercedes ! (Photo d'illustration Fotolia ©Lenaconstantin).

Dernière minute : Le kinésithérapeute à la retraite, soupçonné d’avoir soutiré de l’argent à une retraitée, a été condamné pour abus de confiance, vendredi 15 janvier 2016, à 18 mois de prison avec sursis. Sa compagne a été condamnée à six mois de prison avec sursis. Leur avocat, qui avait plaidé la relaxe, doit faire appel.

Un kinésithérapeute de Dieppe (Seine-Maritime), à la retraite depuis 2007, comparaissait, lundi 11 janvier 2016, devant le tribunal correctionnel de la ville. Il est soupçonné d’avoir abusé de la confiance d’une vielle dame, âgée de 96 ans aujourd’hui, à qui il aurait soutiré d’importantes sommes d’argent. Notamment pour s’acheter une nouvelle voiture, une Mercedes. Il risquait la prison. Vendredi 15 janvier, le professionnel a été condamné à 18 mois de prison avec sursis.

« Pendant 14 ans, il est venu la voir chaque jour »

Le professionnel de santé se serait occupé de cette retraitée, une connaissance et amie, depuis 2001.

C’est son mari, mourant, qui avait demandé à son ami kiné de prendre soin de sa femme qui était dépressive », explique, à Normandie-actu, l’avocat de la défense, Me Jean-Jacques Brument. Pendant 14 ans, il est venu la voir tous les jours, faisait ses courses, divers achats qu’elle lui réclamait. Et il dispensait bien volontiers des séances de kiné gratuites à cette vielle dame, souffrante ».

50 000 euros versés pour l’achat d’une Mercedes

Il est reproché cependant au mis en cause d’avoir profité financièrement de la nonagénaire, à partir de 2011.

Après la vente de sa maison au prix de 190 000 euros, l’ancienne restauratrice, sans contact avec sa famille, a proposé à mon client de lui offrir de quoi remplacer son véhicule puisqu’il faisait de nombreux déplacements pour venir la voir. Elle lui a signé deux chèques de 25 000 euros chacun pour permettre l’achat d’une Mercedes », défend Me Brument.

Le tribunal reproche aussi à son client le retrait régulier de 1 000 euros par mois sur le compte de la vieille dame.

Les assistantes de vie, le Conseil départemental…tout le monde savait que le kiné utilisait la carte bancaire de cette personne âgée, qui,  je le souligne, avait toute sa tête. Ces retraits permettaient de répondre aux besoins de la nonagénaire. Et personne ne s’est jamais inquiété du comportement, ni de l’honnêteté de mon client », s’étonne le conseil du prévenu, qui a plaidé la relaxe. « L’enquête a été menée à la hache. Mon client est simplement coupable d’avoir voulu aider une vieille dame avec qui il n’a aucun lien de parenté. D’emblée, tout le monde a trouvé son attitude suspecte », regrette la défense.

Quatre ans de prison, dont deux avec sursis requis

La procureure de la République de Dieppe, Valérie Cadignan, ne l’a pas entendu ainsi. « Pourquoi n’a-t-il jamais alerté la famille ? Pourquoi ne pas s’être interrogé sur le placement sous tutelle de son amie ? », a-t-elle questionné au tribunal. Elle a réclamé quatre ans de prison dont deux avec sursis et mise à l’épreuve pendant trois ans et 10 000 euros d’amende à l’encontre de l’ex-kiné. À l’encontre de la compagne du prévenu, elle aussi à la barre pour « complicité », le procureur a requis six mois de prison avec sursis, et 5 000 euros d’amende.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.