Fécamp Seine-Maritime. Ligne SNCF Bréauté-Fécamp, les travaux doivent débuter en avril 2016

À l'occasion de la réunion publique organisée le 30 janvier 2016, la réouverture de la ligne SNCF Bréauté-Fécamp a été annoncée pour décembre. Les travaux doivent débuter en avril.

Mise à jour : 31/01/2016 à 17:49 par Sandra Beaufils

Les usagers et les riverains de la ligne reliant Bréauté à Fécamp sont venus nombreux pour s'informer des travaux à venir.
Les usagers et les riverains de la ligne reliant Bréauté à Fécamp (Seine-Maritime) sont venus nombreux pour s'informer des travaux à venir.

Pour informer les usagers de l’avenir de la ligne ferroviaire Bréauté-Fécamp, l’association de défense du Fer en Caux organisait une réunion publique, le 30 janvier 2016, à Fécamp (Seine-Maritime). Les représentants de la SNCF ont fait le point sur les travaux. Ils doivent débuter en avril et devraient permettre la réouverture de la ligne SNCF en décembre. L’inauguration est même déjà annoncée pour le 11 décembre 2016.

Des travaux d’avril à décembre 2016

Les études menées ces derniers mois par la SNCF ont permis de constater qu’il n’était plus possible de faire rouler les trains en toute sécurité sur cet axe. Les éléments qui constituent la voie ont, pour certains d’entre eux, étaient placés là il y a 80 ans et sont donc en bout de course. Mais les analyses ont aussi révélé que ce vieillissement a été accéléré par un problème hydraulique autour de la voie. Des limons bouchant l’ensemble du système hydraulique en place.
Les travaux qui commenceront en avril concerneront donc la voie, mais aussi, au fil des mois, l’ensemble de ce réseau hydraulique. Des réunions sont ainsi organisées avec Fécamp agglo, les Communautés de communes Caux Vallée de Seine et Campagne de Caux ainsi qu’avec les bassins versants pour envisager des travaux de gestion des écoulements.
Ainsi, d’avril à mai, des travaux seront menés essentiellement sur le secteur de Bréauté. De mai à novembre, ils se déplaceront sur l’ensemble de la ligne. En septembre et octobre, le chantier concernera la gare de Fécamp. Et, en novembre, pendant que les premiers essais avant exploitation seront réalisés, les travaux seront mis en route sur le pont de Bretteville.
Concrètement, il s’agira de renouveler l’ensemble de la voie ferroviaire, le ballast et les rails et de remettre en état l’ensemble du système de drainage. Les rails qui seront ainsi retirés seront recyclés en fonderie et les traverses seront, selon leur état, offertes à l’association du train touristique des Loges ou recyclés.
En lieu et place de ces anciennes voies, seront installés des rails venant de lignes à grande vitesse. Un recyclage qui permet de faire des économies sur ce chantier normand et de donner à la ligne des voies d’une plus grande qualité. 45 000 tonnes de ballast seront ensuite posés avant les soudures et les meulages des rails.
Avec ces travaux, la ligne retrouvera une vitesse de circulation de 80 km permettant de relier Bréauté à Fécamp en 20 minutes.
En gare de Fécamp, la ligne sera retravaillée afin de lisser la courbe d’arrivée en gare. Les travaux empiéteront donc légèrement sur le parking du magasin de bricolage.
Quant à la gare elle-même, elle sera entièrement rénovée en intérieur comme en extérieur. L’entrée principale sera installée en pignon et elle sera rendue entièrement accessible aux personnes en situation de handicap.
Sur les passages à niveau, de nouvelles signalétiques lumineuses seront installées. Et sur le pont de Bretteville, un ouvrage en briques qui a plus de cent ans, du béton sera injecté pour en assurer la consolidation.

Membres de l'association de défense du Fer en Caux, élus et représentants de la SNCF ont répondu à toutes les interrogations.
Membres de l'association de défense du Fer en Caux, élus et représentants de la SNCF ont répondu à toutes les interrogations.

Plus de 22 millions d’euros de budget

Après les études, les représentants de la SNCF, les élus de la Région et de Fécamp agglo ont dû se mettre autour de la table pour discuter budget. Il faut dire que les travaux de régénération de la ligne pèsent lourd sur le porte-monnaie. Au total, il en coûtera 22 042 889 euros pour les 19,8 km de voie, faisant de ce chantier l’un des plus gros de Haute-Normandie.
Il sera pris en charge à hauteur de 81 % par la Région, le reste étant à la charge de SNCF réseau aidé par la communauté d’agglomération de Fécamp.
Parallèlement, les travaux d’accessibilité de la gare de Fécamp coûteront 1 500 000 euros à la Région et à l’État. La sécurisation des passages à niveau, à la charge de la SNCF, s’élèvera à 93 000 euros. Et les travaux prévus sur le pont-route de Bretteville ajouteront 276 000 euros à la facture totale.

Questions et inquiétudes

Dans la salle investie par de nombreux usagers inquiets, les questions ont fusé. Une riveraine a ainsi repéré un éboulement d’un talus près de chez elle. Éboulement qui, pour les représentants de la SNCF, ne se reproduira plus lorsque les travaux sur le système hydraulique seront réalisés.
Beaucoup assurent que la fermeture et ces gros travaux sont la conséquence d’un manque d’entretien de la ligne.

Ce sont nos impôts qui financent ça alors que si les travaux de maintenance avaient été faits, nous n’en serions pas là » s’insurge un habitant.

Une colère que les représentants de la SNCF entendent mais qu’ils tiennent à relativiser :

Malgré des travaux d’entretien et de maintenance réguliers, nous sommes obligés de régénérer les voies à un moment. Certains constituants de cette voie ont entre 60 et 80 ans. Ils étaient donc vieillissants. Et les ruissellements ont accéléré leur dégradation. Avec ces travaux, nous traitons le vieillissement et la gestion de l’eau pour assurer la pérennité de la ligne » assure Emmanuèle Saura, directrice territoriale de la SNCF réseau.

Nombreux ont également été à se plaindre des horaires, du manque de bus de substitution et d’un problème de correspondance entre les bus et les trains. Les demandes ont été listées afin d’être étudiées.
Beaucoup se sont plaint des abris installés tant à Bréauté qu’à Fécamp, « insuffisants aux heures de pointe et qui ne protègent pas de la pluie ». Enfin, il a également été question des horaires d’ouverture de la gare de Fécamp. Les usagers souhaiteraient quelques heures d’ouverture le week-end afin de faciliter les déplacements.

Un nouveau sondage pour l’association

Afin de collecter un maximum d’information et de répondre au mieux à toutes les demandes lorsqu’il s’agira de préparer les nouveaux horaires, les membres de l’association de défense du Fer en Caux a mis un place un nouveau sondage. Les usagers pourront ainsi y décrire leurs habitudes et leurs besoins.

Fermée depuis 2014

Rappelons que de grosses inquiétudes entouraient cette ligne reliant Bréauté et Fécamp : depuis 2009, des désordres importants sur la ligne obligeaient à réduire la vitesse des trains. En 2012, alors que les désordres s’alourdissaient, la ligne était menacée de fermeture. L’arrêt complet du trafic était décidé en 2014. L’association de défense du Fer en Caux était alors créée pour défendre l’ensemble des usagers de cette ligne et rappeler combien elle était importante pour le territoire. De nombreuses actions étaient menées, soutenues par le maire de Fécamp, Marie-Agnès Poussier-Winsback et le président de la Région, Nicolas Mayer-Rossignol.

La fermeture de la ligne est un véritable handicap pour de nombreux salariés, des lycéens, des étudiants mais aussi pour les touristes qui veulent venir à Fécamp » rappelle le maire de Fécamp.

Tandis que le vice-président de la Région, Jean-Baptiste Gastinne, qui a repris le dossier assure : « Nous avons tous été heurtés et choqués par cette fermeture ».
Des bus de substitution étaient rapidement mis en place. Un diagnostic précis de l’état de la ligne était mené avant que des travaux ne soient promis.
Travaux qui débuteront donc en avril pour une réouverture promise en décembre 2016.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.