Caen Insolite. Saint-Valentin. À Caen, une soirée speed dating... à l'aveugle

Samedi 13 février 2016, à Caen (Calvados), la coach comportementale, Valérie Gueudet, organise une soirée speed dating à l'aveugle. Un concept original pour trouver l'amour.

Mise à jour : 04/02/2016 à 09:12 par Mathieu Girard

Samedi 13 février 2016, à Caen (Calvados), le bar Le Eighty's sera le cadre d'une soirée de speed dating à l'aveugle. (Photo : Olly)
Samedi 13 février 2016, à Caen (Calvados), le bar "Le Eighty's" sera le cadre d'une soirée de speed dating à l'aveugle. (Photo : Olly)

Dimanche 14 février 2016, c’est la Saint-Valentin, la fête des amoureux !

> Lire aussi : Calvados. Cabourg rimera avec amour, pour la Saint-Valentin

Un événement qui peut parfois être mal vécu par les célibataires, qui, eux, sont toujours en quête de l’âme sœur. Cela n’a pas échappé à Valérie Gueudet. Depuis 10 ans, cette coach comportementale met son savoir-faire au service des hommes et des femmes à la recherche de l’amour
Samedi 13 février 2016, au bar Le Eighty’s, à Caen (Calvados), elle organise une soirée de speed dating à l’aveugle. Un nouveau concept, qui met de côté les considérations physiques pour vous aider à vous concentrer sur la « beauté intérieure ». Explications.

13 millions de célibataires en France

Normandie-actu : Valérie Gueudet, comment êtes-vous devenue coach comportementale ?
Valérie Gueudet :
J’ai passé un diplôme de conseillère en image pendant que j’étais formatrice en entreprise. Je me suis aussi beaucoup intéressée aux sciences du comportement : gestes, micro-gestes… Depuis dix ans, je propose mes services aux sociétés comme aux particuliers. Plus récemment, j’ai aussi mis un pied dans le monde des médias, puisque j’étais casteuse et coach comportementale pour l’émission de Normandie TV, Coup de foudre en Normandie. Mon rôle était de donner des astuces aux célibataires, puis d’analyser les couples, pour voir si cela pouvait « matcher ».

Pouvez-vous nous rappeler ce qu’est le speed dating ?
À la base, on a dix hommes et dix femmes, qui se parlent 7 minutes chacun, et changent. Cela fait un peu trop « usine » à mon goût. En plus, lorsqu’on arrive dans une pièce et qu’on voit dix personnes qui ne nous plaisent pas, parce que forcément, on ne s’arrête qu’au physique, on ne risque pas de passer une bonne soirée. Et comme ça s’enchaîne, on a tendance à poser toujours les mêmes questions. Bref, selon moi, c’est un concept qui a fait son temps.

Il y a pourtant de plus en plus de personnes qui vivent seules…
Oui. On compte 13 millions de célibataires en France, c’est énorme ! Et à partir d’un certain âge, cela devient compliqué de rencontrer des gens et de se caser. Je me suis donc mise en quête d’un moyen inédit pour faciliter la tâche de ceux qui sont en quête de l’âme sœur.

Suspense et montée d’adrénaline

Parlez-nous de votre concept de speed dating à l’aveugle…
Le bar qui nous accueille, Le Eighty’s, peut recevoir jusqu’à 200 personnes. Cela fait déjà du monde. Chaque participant se verra attribuer un numéro. Ces personnes, bien évidemment, peuvent déjà commencer à faire connaissance, comme n’importe où. Si vous n’osez pas, vous pouvez utiliser une boîte aux lettres de l’amour : quand vous repérez quelqu’un, vous lui glissez un petit mot. De mon côté, je serai présente toute la soirée pour donner des conseils à ceux qui sont trop timides pour faire le premier pas. On a créé un cocktail spécial, l’Elixir d’amour, pour briser la glace, et il y aura aussi des quarts d’heure américains pour inviter quelqu’un à danser un slow.
Tout au long de la soirée, j’irai aussi chercher des gens, deux par deux, que je vais installer dans une autre pièce, sur un canapé, avec un masque. Je les laisse discuter pendant dix minutes, sans qu’ils se voient. À la fin de leur conversation, je leur demande si ça « matche » ou pas. Ils me répondent juste en levant ou en baissant leur pouce, pour ne pas froisser l’autre. Je note et je garde ça pour moi. Je change les partenaires, trois ou quatre fois, et ils ne découvriront que plus tard s’ils ont plu à quelqu’un. Cela permet de préserver le suspense et de faire monter l’adrénaline.

Quel est l’intérêt de procéder de cette façon ?
On apprend à découvrir l’autre sans regarder son physique ou la façon dont il s’habille. Comme on dit, on découvre sa beauté intérieure. Cela permet aussi aux timides de s’affranchir du regard de l’autre, et de ne pas avoir peur d’être jugés sur ces micro-gestes qu’on analyse tous inconsciemment. On peut très bien passer à côté du grand amour, parce qu’on se fait tout de suite une idée de la personne visuellement, sans chercher à creuser. Enfin, l’originalité même de se retrouver dans cette situation de rencontre à l’aveugle apporte déjà un premier point commun et un sujet de discussion.

Des soirées tous les deux mois

On reste tout de même dans une formule de speed dating. Est-ce suffisant pour « creuser » ?
Cela permet déjà de savoir si on a le feeling ou pas. Rien que le son de la voix ou la façon de parler sont très importants. Dix minutes, c’est court, mais suffisant pour savoir si on a envie d’aller plus loin.

Quel rôle allez-vous jouer pendant ces rencontres à l’aveugle ?
Si la conversation peine à s’engager, je donnerai un coup de pouce. Après, je ne pense pas que cela arrivera. La situation est tellement inhabituelle et inédite, voire inconfortable, que les participants vont forcément partager leur avis. Mais, quoi qu’il arrive, je serai là, au taquet, toute la soirée.

Si cette première soirée est un succès, vous renouvellerez l’expérience ?
Sur le site On va sortir, la soirée du 13 février fait un carton plein. Si ça se confirme le soir-même, nous renouvellerons l’expérience tous les deux mois. Nous avons déjà calé deux autres dates, les 15 avril et 11 juin 2016. Je ne doute pas une seule seconde que cela va marcher, car à partir d’un certain âge, les gens ne savent plus comment se rencontrer. Quand on a entre 20 et 25 ans, qu’on est à la fac et qu’on sort beaucoup, ce n’est pas un problème. Mais lorsqu’on a déjà fait sa vie, qu’on s’est ensuite séparé de son conjoint, là, c’est beaucoup plus compliqué. Et forcément, ce n’est pas en restant chez soi que Brad Pitt va venir frapper à notre porte ! Il faut donc changer d’environnement et beaucoup de gens n’osent pas. J’offre juste un nouveau moyen de le faire.

Infos pratiques :
Samedi 13 février 2016, de 19h30 à 0h30,
au bar Le Eighty’s, 1 bis avenue de Tourville, à Caen (Calvados)
Tél : 06 65 19 70 14
Tarifs : 4 ou 10 euros

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.