Saint-Jouin-Bruneval Tourisme. Saint-Jouin-Bruneval, près du Havre, la plage qui monte

Près du Havre, la commune de Saint-Jouin-Bruneval a misé sur le tourisme. Elle vient d'être récompensée par une médaille pour le travail accompli, notamment sur la plage.

Mise à jour : 15/07/2015 à 14:50 par Solène Bertrand

Le travail touristique de la commune de Saint-Jouin-Bruneval a été récompensé par une médaille touristique. ©D.R.
Le travail touristique de la commune de Saint-Jouin-Bruneval a été récompensé par une médaille touristique. ©D.R.

Entre Le Havre (Seine-Maritime) et Étretat, la commune de Saint-Jouin-Bruneval, riche de 1 900 âmes, mise sur le développement du tourisme et multiplie les initiatives de valorisation du territoire, pour attirer les touristes et séduire ses habitants. Le comité régional de tourisme a décerné à son maire, François Auber, une médaille pour saluer le travail accompli.

Une orientation touristique affirmée

La petite commune du littoral normand s’est fait connaître, lors d’un âpre combat contre l’implantation d’un port méthanier. Après quatre ans de combat, Saint-Jouin-Bruneval obtenait la réintégration du port d’Antifer dans la zone Natura 2000. Depuis, le maire de la commune, François Auber, a choisi de miser sur le tourisme pour développer l’attractivité de son territoire.

> Lire aussi : Près du Havre, le port d’Antifer redevient zone protégée

Il fallait choisir entre industrie et tourisme. Les gens m’ont fait confiance sur un projet touristique que je continue de porter. Le patrimoine local a été refait, nous avons développé une programmation culturelle dans notre médiathèque pour faire vivre le village et lui donner une véritable identité.

Outre ces travaux de rénovation, la commune a misé sur le développement de chemins de randonnée : « On a ouvert beaucoup de chemins. Cela intéresse les familles qui viennent nombreuses faire des balades. Saint-Jouin est devenue une véritable ceinture verte. » La commune attire, sur sa plage, de nombreuses personnes de l’agglomération havraise. « Étretat est le spot du monde entier. Nous avons une place à jouer en misant sur la proximité. Nous disposons d’un plan abrité sur la digue, beaucoup plus pratique que celui d’Étretat, par exemple.» Le maire de Saint-Jouin est fier du développement de sa plage, la petite plage qui monte et se développe.

Une plage aux activités multiples

Sur la plage, désormais, trois restaurants sont implantés et différents sports proposés : paddle, chars à voile…

Tout est accessible aux personnes à mobilité réduite et au grand public. Nous disposons d’un matériel découverte et de plein air et non de compétition. La demande de labellisation « tourisme et handicap » est en cours.

Saint-Jouin dispose également d’un musée de plein air consacré au Raid de Bruneval, fait partie des circuits itinéraires mémoire et s’est jumelée avec la commune de Douvres-la-Délivrande pour célébrer la Normandie réunifiée.

> Lire aussi : Réunification de la Normandie. Deux communes de Seine-Maritime et du Calvados, jumelles

Si la commune affiche un joli bilan touristique, quelques voix s’élèvent. Une pétition circule sur internet, contestant l’un des projets de la commune : l’interdiction des chevaux sur la plage le week-end d’avril à octobre.

Les chevaux, les meilleurs amis de l’homme ?

Lors du conseil municipal du 2 juin 2015, le maire indiquait envisager l’interdiction de la plage aux chevaux sur une période étendue (aujourd’hui, la plage est interdite aux cavaliers en juillet et août). L’annonce a déclenché l’ire d’une professionnelle équine, implantée sur la commune, qui a alerté les cavaliers par le biais d’une pétition en ligne :

Le but de la pétition est d’alerter les cavaliers et de faire circuler l’information. Inscrite dans le compte-rendu du conseil municipal, cette décision pourrait être appliquée n’importe quand, et ce, sans concertation, s’indigne Nadège Planté de l’écurie de Bruneval.

Se défendant de toute polémique, la professionnelle veut qu’une discussion s’instaure sur cette réglementation envisagée et que le maire revienne sur sa décision. De son côté, François Auber indique qu’aucune interdiction n’a été votée et qu’il se donne une année pour voir comment baigneurs, cavaliers, promeneurs et autres usagers de la plage cohabitent :

Rien n’est arrêté. Il s’agit juste d’encadrer la pratique équestre. La plage de sable de Saint-Jouin est petite et sa bande de sable intéresse beaucoup de monde. Il faut harmoniser, organiser et réglementer. C’est le sens de ma démarche qui ne vise nullement à empêcher la présence des chevaux sur la plage. Il faut juste garantir la sécurité de tous sur la plage de Saint-Jouin car certains cavaliers adoptent des comportements imprudents.

Sur la plage en toute sécurité

Dans le Calvados, les plages de Deauville et Houlgate ont réglementé l’accès aux chevaux :

Que ce soit à Houlgate ou à Courseulles, des horaires spécifiques s’appliquent, d’avril à octobre, mais pas d’interdiction. La Normandie est le berceau du cheval et il faut permettre aux cavaliers et aux centres équestres d’accéder à cette plage, souligne Nadège Planté qui appelle à la concertation.

Même son de cloche du côté de la municipalité qui assure ne pas s’opposer aux cavaliers et vouloir permettre à tous de jouir de la plage pour y vivre en bonne intelligence et en toute sécurité.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.