Cherbourg-Octeville Récit. Parti de Normandie, le ferry pris dans la tempête. 40 heures d'enfer pour 138 passagers

24 h de retard ! 138 passagers ont vécu l'enfer, à bord d'un navire de la compagnie Irish Ferries, au départ de Cherbourg, dimanche 7 février 2016. Ils ont été pris dans la tempête

Mise à jour : 11/02/2016 à 13:26 par Valentine Godquin

L'Epsilon a mis une quarantaine d'heures pour rejoindre le port de Dublin (Irlande). (Photo : ©Irish ferries)
Parti de Cherbourg (Manche), L'Epsilon a mis une quarantaine d'heures pour rejoindre le port de Dublin (Irlande). (Photo : ©Irish ferries)

Il aura fallu une quarantaine d’heures à L’Epsilon, navire de la compagnie Irish Ferries, pour relier Cherbourg (Manche) à Dublin (Irlande), entre le dimanche 7 et le mardi 9 février 2016. Pris dans la tempête, le ferry a dû se réfugier le long des côtes anglaises, avant de reprendre sa route vers la capitale irlandaise. À son bord, des passagers choqués, et des véhicules endommagés à cause de l’impressionnante houle. Récit.

> Regardez. Tempête en Bretagne et Normandie. Des vidéos impressionnantes déferlent sur le web

Des vagues de 11 mètres de haut

Dimanche 7 février 2016, 138 passagers étaient à bord du ferry Epsilon. Alors que des avis de tempête étaient annoncés par Météo France et relayés par la Préfecture maritime, le bateau a pris le départ à 17h, pour relier l’Irlande. Normalement, la traversée s’effectue en 18h, pour une arrivée à destination le lendemain matin, à 11h. Mais les choses ne se sont pas passées pas comme prévu…

L’équipage a pris la décision de partir, sans avoir connaissance des avis de tempête, qu’il n’avait pas reçu », explique le porte-parole de la compagnie Irish Ferries, sur Normandie-actu. « Il était confiant et pensait qu’il allait pouvoir éviter les intempéries. Il n’avait pas prévu qu’elles arriveraient aussi vite. D’ailleurs, un autre bateau est parti du port, peu de temps avant L’Epsilon. Il faut savoir enfin qu’un bateau ne peut pas sortir du port sans avoir une autorisation du capitaine de port…

Face à des vagues atteignant jusqu’à 11 mètres de haut, le navire a été dévié au sud de l’Angleterre, pour « s’abriter le long de côtes du North Devon ». Un abri où le navire demeurera tout au long de la journée du lundi 8 février, à attendre que la mer soit plus clémente. « Quand les vagues ne faisaient plus qu’environ 4 mètres de haut, le bateau est reparti, pour arriver à Dublin vers 11h30, le mardi 9 février. »

Des voitures de location à disposition

De ce périple, les passagers retiendront de belles frayeurs, et un sacré mal de mer. Balancés dans la houle, certains d’entre eux auront été « légèrement blessés », et pris en charge par le personnel présent sur place. « Trois employés parlaient français, à bord du bateau. Mais la situation a fait que c’est très vite devenu un vrai bordel », indique un témoin. À bord du navire, des véhicules ont également bougé (sur les images collectées par nos confrères d’Afloat, des voitures sont totalement écrasées et des poids-lourds sont éventrés et/ou couchés), et certains ont été particulièrement endommagés durant la traversée.

À l’arrivée à Dublin, du personnel d’Irish Ferries est venu à la rencontre des passagers pour proposer de prendre en charge la nuit d’hôtel, ou de mettre des taxis ou des véhicules de location à disposition des passagers qui devaient partir vers une autre destination.

Des passagers français auraient même refusé de débarquer du ferry, et évoquent désormais la création d’un collectif pour engager des poursuites contre la compagnie, pour « mise en danger de la vie d’autrui ». Pour les dommages causés par ce périlleux voyage sur les véhicules, la compagnie est encore en discussion pour régler la question des dédommagements auprès des passagers. Ces indemnisations se feront par le biais des assurances. Sans aucun doute, les passagers garderont un souvenir impérissable de cette traversée.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.