Villedieu-les-Poêles [Récit] Double assassinat au fusil de chasse dans la Manche. Un septuagénaire aux assises

Accusé d’avoir tué au fusil de chasse son ex-amie et son nouveau compagnon, un homme de 79 ans sera jugé les 23 et 24 novembre 2015 par la cour d’assises de la Manche. Récit.

Mise à jour : 26/10/2015 à 23:59 par La Rédaction

Au matin du 16 janvier 2013, les corps d'Yvette Besse, 68 ans, et Pierre Anfray, 67 ans, avaient été retrouvés. Tués au fusil de chasse. (Illustration Wikimedia Commons)
Au matin du 16 janvier 2013, les corps d'Yvette Besse, 68 ans, et Pierre Anfray, 67 ans, avaient été retrouvés. Tués au fusil de chasse. (Illustration Wikimedia Commons)

Apparemment tranquilles, les thés dansants seraient-ils le refuge des derniers feux de la passion ? L’assassinat au fusil de chasse en janvier 2013 d’un couple de retraités à Villedieu-les-Poêles (Manche) constitue l’épilogue tragique de rencontres nouées lors d’après-midis dansants à la salle des fêtes de ce bourg de 4 000 habitants.

Deux corps criblés de plombs

Au matin du 16 janvier 2013, les corps d’Yvette Besse, 68 ans, et Pierre Anfray, 67 ans, sont découverts par un livreur de vin sur le pas de la porte du pavillon de la femme. Criblées de plombs la veille au soir, les deux victimes ont succombé. Le couple, lui ancien cadre; elle venue de la région parisienne, s’était rencontré lors d’un thé dansant six semaines plus tôt. Tous deux étaient veufs.

Son ADN retrouvé sur les lieux

L’enquête des gendarmes, qui, au vu de l’arme, écartent l’hypothèse du crime de rôdeur, se concentre sur l’entourage des victimes. Aujourd’hui âgé de 79 ans, Daniel Boudier-Lemosquet, ancien combattant d’Algérie, chasseur en possession de plusieurs armes à feu, est une première fois entendu comme simple témoin. Deux années durant, il avait partagé la vie de la défunte, qui avait rompu en novembre 2012.

Interpellé à l’hôpital psychiatrique

Cinq jours plus tard, le septuagénaire est cette fois interpellé… à l’hôpital psychiatrique de Pontorson (Manche), où il a été interné à sa demande. Motif de l’arrestation : l’ADN du suspect a été retrouvé sur les lieux du crime.  
Au terme de sa garde à vue, le suspect avait été mis en examen pour assassinat (meurtre avec préméditation) et placé en détention, où il est toujours. Le parquet du tribunal de Coutances évoquait alors une rivalité amoureuse.

Une affaire de thé dansant ?

Les deux jours d’audience devraient permettre de mieux cerner les causes et les circonstances de ce double meurtre ainsi que l’importance des thés dansants dans cette affaire. La salle des fêtes de Villedieu-les-Poêles accueille plus d’une centaine de manifestations de ce type organisées chaque année par des associations et un entrepreneur de spectacles. D’autres bourgades des environs (Sourdeval, Vire, Landelles) se montrent également actives dans ce domaine. À chaque fois, entre cent et deux cents participants, plutôt âgés. La plupart n’hésitent pas à parcourir entre 30 et 40 kilomètres et le covoiturage s’impose de plus en plus.
Au programme, pour cinq à huit euros, valse et tango, mais aussi madison et sirtaki, avec deux ou trois musiciens.

Depuis la retraite, nous participons au moins à un ou deux thés dansants par semaine. On oublie nos soucis l’espace d’un après-midi, confiaient en janvier 2013 deux habituées des thés dansants. Et on délaisse le jean pour se faire belle »

Le thé dansant pour y faire d’éventuelles rencontres ? « Ce n’est pas impossible. Petit problème : il y a une forte majorité de femmes, alors, souvent, elles dansent entre elles »

Jean-Pierre Beuve

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.