Le Havre Quartier Danton, au Havre. La nouvelle vie de la caserne Dumé-d'Aplemont

La Ville du Havre, qui procède à la mutation du quartier Danton, a présenté ses nouveaux projets. L'emblématique caserne Dumé-d'Aplemont va bénéficier d'une seconde vie. Images.

Mise à jour : 01/02/2016 à 17:03 par

La caserne Dumé-d'Aplemont accueillera logements, hôtel, résidence senior et centre d'art à l'été 2019 (©Nexitis, Marianne développement, cabinet Jean Amoyal).
La caserne Dumé-d'Aplemont doit accueillir logements, hôtel, résidence pour seniors et centre d'art, à l'été 2019 (©Nexitis, Marianne développement, cabinet Jean Amoyal).

Le quartier Danton, au Havre (Seine-Maritime), qui a fait l’objet d’une longue concertation entre Ville et habitants pour décider de sa réhabilitation, entre dans une phase de profonde mutation : la caserne Dumé-d’Aplemont et le site de l’ancienne prison reprennent vie. Logements, hôtel, résidence pour seniors, équipement sportif et culturel : de nouveaux projets prennent forme. Présentation.

Les éléments d’architecture d’origine préservés

Depuis le 19 juin 2014, la caserne Dumé- d’Aplemont est délaissée, les sapeurs-pompiers ayant définitivement quitté les lieux pour rejoindre une caserne neuve dans le quartier Dollemard. Vendredi 29 janvier 2016, le maire du Havre, Édouard Philippe, a présenté le projet qui va prendre place. Un projet privé porté par le groupement Nexity - Marianne Développement – Cabinet Jean Amoyal, qui a été choisi sur concours, et qui promet une réhabilitation des locaux dans le plus grand respect de l’architecture d’origine du bâtiment. Œuvre de l’architecte du Havre, William Cargill, la caserne Dumé-d’Aplemont a été inaugurée en 1924 et a accueilli le SDIS (Service départemental d’incendie et de secours) de Seine-Maritime pendant 90 ans. La Ville du Havre a fait le choix de la céder pour 1,7 million d’euros à ce groupement qui s’est porté garant du maintien des éléments d’architecture singuliers de la caserne.

Les casques, les façades et l’horloge vont être restaurés à l’identique. Et les escaliers à double circulation à l’intérieur du bâtiment vont être préservés », détaille la Ville. Il était hors de question de détruire ce bâtiment qui avait même survécu aux bombardements de 44. Il va redevenir un lieu de vie, d’activités et de culture », s’est félicité Édouard Philippe.

Logements, hôtel, résidence pour seniors et centre d’art

Le centre d'art se déploie au rez-de-chaussée, sur 1 000 m2, dans les anciens ateliers de la caserne (©Nexitis, Marianne développement, cabinet Jean Amoyal).
Le centre d'art se déploie au rez-de-chaussée, sur 1 000 m2, dans les anciens ateliers de la caserne (©Nexitis, Marianne développement, cabinet Jean Amoyal).

Depuis 2012, les riverains du quartier Danton, où la caserne est implantée, participent à une concertation publique pour décider du futur du quartier.

Des besoins ont été clairement exprimés comme la création d’un nouvel équipement public et la nécessité de reconstruire une offre d’hébergement adaptée aux personnes âgées », note la Ville.

La société Marianne Développement va répondre à ces besoins. Elle implante, au cœur de la caserne, une résidence sociale intergénérationnelle de 86 logements, où personnes âgées et jeunes familles pourront se côtoyer dans un environnement qui favorise le maintien à domicile. La caserne va accueillir également un hôtel 3 étoiles doté d’environ 90 chambres et un centre d’art, Marianne art Galery, dédié à la photographie. Des expositions d’artistes majeurs y seront présentées. Mais le centre ouvrira aussi ses portes aux artistes locaux. Neuf millions d’euros de travaux sont prévus pour cette réhabilitation majeure. Ouverture programmée à l’été 2019. Plusieurs dizaines d’emplois sont annoncés.

Un équipement sportif et culturel, sur l’ancienne prison

Le nouvel équipement sportif et culturel doit ouvrir ses portes au public en 2020 (©K.Architectures / Ville du Havre).
Le nouvel équipement sportif et culturel doit ouvrir ses portes au public, en 2020 (©K.Architectures / Ville du Havre).

Sur le site de l’ancienne prison, au cœur du quartier Danton, va être bâti un équipement socioculturel et sportif. Il comportera un pôle d’animation socioculturel, un atelier d’expression, des espaces de pratiques sportives composés d’un plateau 44 x 24 mètres avec une jauge de 500 places fixes, extensible à 750 et d’une salle d’escalade permettant d’accueillir des compétitions de niveau régional. Un parking enterré de 120 places, sur un seul niveau, sera également aménagé.

Il s’agit d’un concept rare et innovant qui répond à toutes les attentes exprimées par la population. Cet équipement sera ouvert aux habitants qui pourront participer à son animation », souligne la Ville.

Il aura vocation à participer à l’animation de plusieurs quartiers : Aplemont, Dumont- d’Urville et Sanvic. La Ville a retenu, pour la construction, l’offre du cabinet d’architectes K.Architectures, dirigé par Karine Herman et Jérôme Sigwalt, qui ont dessiné un bâtiment extrêmement moderne avec une structure qui allie béton, bois et inox brossé en façade et va jouer, de nuit, sur la transparence. Le coût total de cette opération, y compris foncier, est de 18,2 millions d’euros. Le permis de construire va être déposé au cours du mois de février 2016. Le démarrage du chantier est programmé en septembre 2017 pour une ouverture au public de l’équipement en janvier 2020.

Le plateau sportif sera totalement modulable (©K.Architectures / Ville du Havre).
Le plateau sportif sera totalement modulable (©K.Architectures / Ville du Havre).

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.