Sainte-Honorine-la-Guillaume Ce Normand d'adoption, Hans-Joachim Klein, témoigne dans le procès du terroriste Carlos

L'ancien terroriste allemand, Hans-Joachim Klein, qui est devenu un Normand d'adoption, viendra témoigner dans le procès du terroriste Carlos pour l'attentat du Drugstore Publicis.

Mise à jour : 28/03/2017 à 16:40 par La Rédaction

Carlos est jugé à Paris pour l'attentat du Drugstore Publicis, 43 ans plus tard. Le normand d'adoption, Hans Joachim Klein, témoignera. (©AFP/Benoit PEYRUCQ)
Carlos est jugé à Paris pour l'attentat du Drugstore Publicis, 43 ans plus tard. Le normand d'adoption, Hans Joachim Klein, témoignera. (©AFP/Benoit PEYRUCQ)

Dernière minute : Figure du terrorisme des années 1970-1980, Ilich Ramirez Sanchez, dit Carlos, a été condamné mardi 28 mars 2017, à la réclusion criminelle à perpétuité pour l’attentat contre le Drugstore Publicis, qui avait fait 2 morts et 34 blessés à Paris, en 1974.

Lundi 13 mars 2017, 43 ans après l’attentat du Drugstore Publicis à Paris qui fit deux morts et des dizaines de blessés, le Vénézuélien Carlos comparaît devant une cour d’assises spéciale pour cet acte, l’un des premiers de ce type commis en France depuis la guerre d’Algérie.

> LIRE AUSSI : Terrorisme. Un jihadiste de Normandie serait mort en Syrie

La justice remonte le temps vers d’autres décennies, celles des années 1970 et 1980 où l’Europe fut la cible d’attaques anti-impérialistes menées au nom de la défense de la cause palestinienne.

Figure du terrorisme internationale de cette époque, Ilich Ramirez Sanchez, dit Carlos, 67 ans, est jugé pendant trois semaines à Paris par une cour spécialement composée de magistrats pour l’attentat le plus ancien que lui reproche la justice française, le dernier pour lequel il comparaîtra en France.

Hans-Joachim Klein, un normand d’adoption

Hans-Joachim Klein, un ancien membre de l’organisation de guérilla urbaine d’extrême gauche, Revolutionäre Zellen (Cellules Révolutionnaires) active en Allemagne de l’Ouest dans les années 1970-80, doit témoigner lors de ce procès, révèle l’ancien terroriste dans un interview accordé à France Inter.

> LIRE AUSSI : Affaire « terroriste » de la fac de Rouen. Pourquoi le suspect a-t-il été mis en examen ?

En 1975 à Vienne, lors d’une conférence des ministres de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole), il participe à une prise d’otages organisée par Carlos. Ce normand d’adoption ne connaissait pas encore le Vénézuélien au moment de l’attentat du Drugstore, en septembre 1974. Mais lors du procès parisien, il racontera ce que Carlos lui avait confié à l’époque.

Interpellé dans un petit village de l’Orne

Interpellé en 1998 dans le petit village de Sainte-Honorine-la-Guillaume, près d’Argentan dans l’Orne, dans lequel il se terrait depuis cinq ans, Hans-Joachim Klein est poursuivi pour son rôle dans la prise d’otages de l’OPEP. Il est condamné à 9 ans de prison en 2001, libéré sur parole en 2003 et gracié en 2009.

> LIRE AUSSI : Le second terroriste de l’attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray menace la France dans une vidéo

Aujourd’hui, l’ancien terroriste est revenu vivre en Normandie, toujours selon France Inter.

Avec AFP

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.