Sotteville-lès-Rouen Près de Rouen, des photos de sexe d'homme envoyées à ses ex-collègues

L'ancien employé d'un grossiste alimentaire de Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime) aurait fait envoyer des messages à caractère sexuel à d'anciennes collègues pour se venger.

Mise à jour : 10/03/2016 à 16:19 par Julien Bouteiller

Quatre femmes travaillant à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime) ont reçu des messages à caractère sexuelle sur leurs téléphones portables (photo d'illustration)
Quatre femmes travaillant à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime) ont reçu des messages à caractère sexuel sur leurs téléphones portables. (photo d'illustration)

Les faits dateraient du mois d’octobre 2014. Quatre employées d’un grossiste alimentaire de Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime) auraient reçu sur leur téléphone portable personnel, des messages à caractère sexuel ainsi qu’une photo de sexe d’homme. Les quatre femmes, âgées de 40 à 47 ans, alertent aussitôt les forces de l’ordre, suspectant un ancien collègue récemment licencié.
L’enquête du groupe d’appui judiciaire de Saint-Étienne-du-Rouvray s’oriente d’abord vers un homme de 39 ans, résidant près de Forges-les-Eaux (Seine-Maritime). Il aurait reconnu être l’auteur des messages et de la photo envoyée aux quatre femmes. Il aurait cependant affirmé avoir agi sur demande d’un homme avec qui il aurait échangé sur un site internet. L’homme en question serait l’ancien employé mécontent.

Une vengeance de mauvais goût

Auditionné le 9 mars 2016, l’homme, âgé de 42 ans et résidant dans l’agglomération de Rouen (Seine-Maritime), aurait d’abord nié les faits avant d’avouer avoir demandé à son camarade de chat d’importuner ses anciennes collègues. Il aurait envoyé les numéros de téléphone des quatre femmes, par vengeance, suite à son licenciement, mais aurait affirmé qu’il ne pensait pas que son « ami » virtuel irait jusqu’à envoyer une photo de son sexe.
L’auteur des messages a écopé d’un rappel à la loi. Aucune charge n’a été retenue contre l’ancien employé.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.