Aunay-sur-Odon Près de Caen, des élus se mobilisent pour sauver un hôpital

Des élus du Calvados ont remis une motion à l’Agence régional de santé (ARS), jeudi 25 février 2016. Ils s’inquiètent de la situation de l’hôpital d’Aunay-sur-Odon (Calvados).

Mise à jour : 29/02/2016 à 08:59 par Manon Loubet

(Photo : Google Street View)
Des élus du Calvados s’inquiètent de la situation de l’hôpital d’Aunay-sur-Odon : la fermeture du service des urgences et de médecine. (Capture d'écran © Google Street View)

Jeudi 25 février 2016, des élus du Calvados, dont Alain Tourret (député), Patrick Gomont (maire de Bayeux), Pierre Lefèvre (maire d’Aunay-sur-Odon), Sylvie Lenourrichel et Michel Roca (vice-présidents du Conseil départemental du Calvados), sont allés à la rencontre de Monique Ricomes, directrice générale de l’Agence régionale de santé (ARS) de Normandie, dans les locaux de l’ARS, à Caen. Ils lui ont remis une motion, votée par les différentes collectivités concernées.
Les élus du Calvados s’inquiètent de la situation de l’hôpital d’Aunay-sur-Odon : la fermeture du service des urgences et de médecine :

Nous avons appris, il y a quelques semaines, la fermeture du service des urgences d’Aunay-sur-Odon à la fin du mois de mars, faute de fréquentation, selon les critères de l’ARS », explique Sylvie Lenourrichel, vice-présidente du Conseil départemental du Calvados. « Avec les élus du territoire, nous avions alors demandé la mise en place d’un service de soins, ouvert seulement le jour, sept jours sur sept, sur une amplitude de 12 heures. »

La réponse de l’ARS les déçoit : le service de soins sera ouvert cinq jours sur sept, sur une amplitude de 10 heures. « Nous avons insisté, jeudi soir, sur ce point, ajoute Sylvie Lenourrichel. Le service doit être ouvert sept jours sur sept pendant douze heures, d’autant qu’il n’y a pas le service de SOS médecins sur le territoire. »

29 lits de médecine supprimés

Les élus réagissent également à la proposition de l’ARS, dans le cadre de la révision du SROS (schéma régional d’organisation des soins) : supprimer le service de médecine au centre hospitalier d’Aunay-sur-Odon, qui comprend 29 lits et qui arrive à la fin de son autorisation d’exploitation le 8 mars 2016.

LE SROS prévoit la fermeture d’un des douze services de médecine dans l’ex-Basse-Normandie, et c’est tombé sur Aunay, alors que le service est excédentaire », s’étonne l’élue du Département. « Les 29 lits sont transférés à Caen, nous n’avons pas le choix. »

En contrepartie, les élus ont demandé à récupérer des lits d’autres services de Caen, pour conserver activité et emplois à l’hôpital d’Aunay : 17 lits de SSR (Soins de suites et réadaptation) et 8 lits EVP (États végétatifs permanents). « Si cette demande est actée, l’hôpital d’Aunay devra subir des travaux pour accueillir ces nouveaux services. Nous demandons donc à l’ARS un délai pour la fermeture du service de médecine afin de pouvoir mettre en place cette transformation de services, sans fermer pendant plusieurs mois. C’est important pour les patients et le personnel. »

Une fusion des hôpitaux de Bayeux et Aunay-sur-Odon

Si les deux hôpitaux de Bayeux et d’Aunay-sur-Odon ont déjà une direction commune, les élus veulent aller vers une mutualisation renforcée entre Aunay-sur-Odon et Bayeux. « Cette fusion en un seul établissement », permettrait de « faire des économies et faire porter les efforts prioritairement sur l’administration et non plus sur le service à la population », déclare Patrick Gomont, le maire de Bayeux à La Renaissance-Le Bessin.
Les élus demandent à ce que l’ARS réponde très rapidement à leur demande, afin de pouvoir « mettre en place un projet médical commun » entre les deux hôpitaux et « maintenir une offre de soins de proximité cohérente » sur leur territoire.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.