Pic de pollution en Normandie. La qualité de l'air s'améliore, après deux jours d'alerte

Après deux jours de pollution et le déclenchement de la procédure d'information et de recommandation, en Normandie, la qualité de l'air devrait s'améliorer, vendredi 22 janvier.

Mise à jour : 21/01/2016 à 16:26 par La Rédaction

Nouvelle pollution de l'air par les particules en suspension dans l'Eure et en Seine-Maritime, mercredi 20 janvier 2016 (photo d'illustration Fotolia).
Nouvelle pollution de l'air par les particules en suspension dans l'Eure et en Seine-Maritime, mercredi 20 janvier 2016 (photo d'illustration Fotolia).

Déclenchée pour la journée du mercredi 20 janvier 2016 en Seine-Maritime, dans l’Eure et le Calvados, maintenue jeudi 21 janvier dans les deux premiers départements, la procédure d’information et de recommandation, qui vise à prévenir les personnes sensibles lors de risques de pollution, doit s’achever vendredi 22 janvier.
Selon les prévisions d’Air normand, la qualité de l’air en Normandie devrait retrouver des niveaux « bons » voire « très bons » dans la région. Une amélioration de la qualité de l’air en partie liée aux conditions météorologiques : Météo France anticipe en effet un vent plus important et le retour d’averses dans les cinq départements pour la journée de vendredi.

Les prévisions d'Air normand pour le vendredi 22 janvier 2016. (© Air normand)
Les prévisions d'Air normand pour le vendredi 22 janvier 2016. (© Air normand)

Une bonne nouvelle pour les habitants des principales villes concernées par cet épisode de pollution. À Rouen, au Havre ou encore à Évreux, la qualité de l’air a atteint des niveaux élevés mercredi. Les prévisions d’Air normand, faisaient état d’une qualité de l’air « mauvaise » en Seine-Maritime, dans l’Eure et médiocre dans le reste de la région, depuis mercredi.
La Normandie n’est pas la seule région concernée par le phénomène. À Paris, jeudi 21 janvier, les prévisions d’Airparif montraient un niveau de pollution de l’air élevé, qui doit dépasser le seuil d’information et de recommandation. Le temps froid et sec a contribué à prolonger cet épisode de pollution.

> Lire aussi : Jusqu’à -7°C à Rouen. Attention aux brouillards givrants, en Normandie.

Mercredi 20 janvier 2016

L’association Air normand a lancé, dès le mardi 19 janvier, une alerte pour la journée de mercredi. En réaction, les préfectures de l’Eure et de la Seine-Maritime ont déclenché la procédure d’information et de recommandation aux personnes sensibles. Un épisode de pollution qui concerne principalement, pour la journée du mercredi 20 janvier, les secteurs du Havre, de Rouen, d’Évreux et de l’Est de la Seine-Maritime, avec une qualité de l’air « mauvaise », indique Air Normand. Mais c’est toute la Normandie qui est concernée par le phénomène : la qualité de l’air, dans toute la région, est « médiocre », selon l’association.

L’indice de la qualité de l’air dans les principales villes de Normandie :
• Alençon : 4
• Caen : 7
• Cherbourg : 4
• Evreux : 8
• Le Havre : 8
• Lisieux : 8
• Rouen : 8
• Saint-Lô : 4

Les prévisions pour la journée du mercredi 20 janvier 2016. (© Air normand)
Les prévisions pour la journée du mercredi 20 janvier 2016. (© Air normand)

Jeudi 21 janvier 2016

L’épisode de pollution a été principalement concentré sur les seuls départements de la Seine-Maritime et de l’Eure. La qualité de l’air, « mauvaise » dans une large bande qui s’étale du pays de Caux jusqu’à Vernon, en passant par Rouen, Elbeuf, Louviers et Évreux, a été « médiocre » autour du Havre, de Lisieux, de l’Aigle ou encore dans le pays de Bray.
Pour le reste de la Normandie, la qualité de l’air est restée être « moyenne » de Caen à Alençon et « bonne » dans la Manche ainsi que dans l’Ouest du Calvados et de l’Orne.

Les prévisions pour la journée du jeudi 21 janvier 2016. (© Air normand)
Les prévisions pour la journée du jeudi 21 janvier 2016. (© Air normand)

Limiter les exercices physiques

En raison de conditions de dispersion météorologique défavorable, une augmentation des teneurs en particules en suspension est prévue sur la Haute-Normandie et le seuil d’information des personnes sensibles risque d’être dépassé » , indique Air normand.

Ces particules sont d’origine locale ou plus lointaine et leur composition peut être très variée : naturelle ou liée à l’activité humaine (chauffage, industrie, trafic …). Selon leur taille (granulométrie), les particules pénètrent plus ou moins profondément dans l’arbre pulmonaire. Les particules les plus fines peuvent, à des concentrations relativement basses, irriter les voies respiratoires inférieures et altérer la fonction respiratoire dans son ensemble.
Certaines particules ont des propriétés mutagènes et cancérigènes. De fait, les services de l’État demandent aux personnes vulnérables (femmes enceintes, nourrissons, asthmatiques…) et aux personnes sensibles de limiter les activités physiques et sportives et de bien respecter leur traitement médical.

Il convient de ne pas aggraver les effets de cette pollution en ajoutant des facteurs irritants. »

Dans la liste de ces derniers : fumée de tabac, utilisation de solvants, chauffage au bois, déplacements sur les grands axes routiers.

Préférer le covoiturage et diminuer sa vitesse de 20 km/h

Les préfectures incitent les automobilistes à faire usage du covoiturage ou des transports en commun  et d’abaisser leur vitesse de 20 km/h sur les routes départementales, les quatre voies, et les autoroutes. Il est recommandé, à domicile, de limiter les feux de cheminée et de maîtriser la température de chauffage des logements :

1° C de plus, c’est 7% de consommation d’énergie en plus », insistent les services de l’État.

Les industriels sont invités, eux, à s’assurer du bon état et du fonctionnement des installations de combustion et des dispositifs antipollution. Et à reporter, si possible, les opérations qui pourraient être à l’origine d’émissions atmosphériques polluantes. Cette dernière recommandation s’adressant également aux agriculteurs.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.