Caen [Photos, Vidéo] À Caen, émouvant hommage au policier dans le coma après une fusillade

Les policiers étaient rassemblés, partout en France, mercredi 14 octobre 2015. À Caen (Calvados), ils ont rendu hommage à leur collègue, blessé par balle, en Seine-Saint-Denis.

Mise à jour : 14/10/2015 à 14:03 par Lou Benoist

(©LB)
L'émotion, mercredi 14 octobre 2015, devant le palais de Justice de Caen (Calvados). (©LB)

À l’appel national des syndicats de police, les forces de l’ordre étaient rassemblées, mercredi 14 octobre 2015, à 12h, place Vendôme, à Paris, devant le ministère de la Justice, mais aussi devant les tribunaux, dans plusieurs villes de France. En Normandie, à Caen (Calvados), ils ont rendu un vibrant hommage à leur collègue, Yann, 36 ans, originaire du Calvados, blessé par balles à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), lundi 5 octobre 2015. Il est toujours à l’hôpital, entre la vie et à la mort.

Regardez l’hommage à Yann, mercredi 14 octobre 2015, à Caen :

> Lire aussi : Braquage à Saint-Ouen. Originaire de Normandie, le policier entre la vie et la mort

« Yann, on pense à toi »

Environ 250 policiers étaient réunis devant le nouveau tribunal de grande instance, sur la presqu’île de Caen, mercredi 14 octobre 2015, à 12h. Sur les banderoles : « Yann, on pense à toi », message signé « la Bac 14 » (Ndlr : pour Brigade anti-criminalité) :

Aujourd’hui, c’est le cœur qui parle ! C’est inacceptable que notre collègue soit dans un lit d’hôpital. Il est toujours dans le coma, et cela n’aurait pas dû arriver ! L’homme qui a tiré était quelqu’un de très violent, et la justice le savait. Il n’aurait jamais dû avoir de permission de sortie », s’indigne, sur Normandie-actu, Lydia Brillant, secrétaire départementale du Calvados du Syndicat Alliance.

Yann, père de famille de 36 ans, avait été blessé par balles lors d’un braquage, lundi 5 octobre 2015. « Toute sa famille travaille dans la police, à Caen. Nous nous sentons tous très concernés », explique Lydia Brillant, émue. Le tireur présumé, abattu par la police lors de la fusillade, avait bénéficié d’une permission de sortie qui fait polémique. Il n’avait pas réintégré sa cellule, en mai 2015, comme prévu, « malgré sa dangerosité ». 
Mercredi 14 octobre, les policiers de France voulaient faire part de leur ras-le-bol.

(©LB)
Un hommage a été rendu à Yann, policier blessé par balles à Saint-Ouen, originaire de Caen (Calvados) (©LB)

« Un coup de gueule contre la justice »

(…) Face aux attaques dirigées contre les policiers, aux décisions de justice incohérentes et inacceptables, aux conditions de travail insupportables, à une légitime défense inadaptée, mettant gravement en danger la vie et la sécurité des citoyens et des policiers », résume le syndicat majoritaire Alliance.

Lyda Brillant met, elle, surtout en avant les couacs du système judiciaire :

On peut dire que oui, ce rassemblement, c’est aussi un coup de gueule contre la justice. Il faut que les juges et les citoyens prennent conscience de cela ! On en a ras-le-bol  ! Après la tuerie de Charlie Hebdo, c’est impensable que des délinquants soient ainsi relâchés dans la nature ».

Des rassemblements à Rouen et Alençon, également

Les policiers étaient réunis, au même moment, à Rouen (Seine-Maritime) et Alençon (Orne).

Ils étaient environ 40 policiers réunis à Alençon, dans l'Orne (©Arnaud Truchet)
Ils étaient environ 40 policiers réunis à Alençon, dans l'Orne (©Arnaud Truchet)

Vidéo. Pourquoi les policiers sont en colère

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.