Photos d'enfants publiées sur Facebook. La mise en garde des gendarmes

De nombreux parents postent, sur leurs comptes Facebook, des photos de leurs enfants mineurs. La gendarmerie nationale met en garde les parents contre cette pratique.

Mise à jour : 04/03/2016 à 16:37 par Manon Loubet

La gendarmerie nationale appelle les parents à la vigilance quand ils publient des photos de leurs enfants sur Facebook. (Photo : Pixabay)
La gendarmerie nationale appelle les parents à la vigilance quand ils publient des photos de leurs enfants sur Facebook. (Photo © Pixabay)

Publier des photos de ses enfants sur Facebook : dangereux ? La gendarmerie nationale a diffusé un appel à la vigilance, à destination des parents, qui aiment poster régulièrement des photos de leurs enfants sur les réseaux sociaux. « Préservez vos enfants ! », c’est le message adressé aux internautes, en réaction au succès grandissant d’une chaîne de publication, le « Motherhood Challenge », dans laquelle les parents sont invités à partager des photos de leurs enfants sur Facebook, avec ce message : « Si tu es fière de tes enfants, poste trois photos et nomine 10 de tes amies pour faire pareil ! ».

[PRÉVENTION] Préservez vos enfants !Si vous avez suivi Facebook, une chaîne de publication est à la mode en ce moment…

Posté par Gendarmerie nationale sur mardi 23 février 2016

Alors que la gendarmerie nationale avait déjà mis en place des guides pratiques pour permettre aux parents de protéger leurs mineurs de l’usage du web, c’est au tour des parents de prendre un carton rouge ! Les générations d’internautes, qui ont grandi avec les réseaux sociaux, deviennent à leur tour parents. Et les photos de leurs progénitures inondent les réseaux sociaux !
Les forces de l’ordre suggèrent quelques règles de vigilance. « Nous vous rappelons que poster des photos de ses enfants sur Facebook (ou ailleurs) n’est pas sans danger ! », peut-on lire sur le compte Facebook de la gendarmerie. « Il est important de protéger la vie privée des mineurs et leur image sur les réseaux sociaux. »

Les dangers pour les mineurs

En postant des photos de leurs enfants sur les réseaux sociaux et sur internet de manière générale, les parents leur créent un « casier numérique », qui peut être difficile à effacer par la suite. Et selon les gendarmes, cela facilite la tâche des prédateurs sexuels, présents sur le web, qui auront la possibilité de se créer une banque d’images d’enfants en bas-âge. Les gendarmes connaissent ce fléau, puisque depuis 2009, des cyberpatrouilles les traquent sur la toile. « Certains services spécialisés s’infiltrent dans les réseaux, les blogs, les forums (…) et se font passer pour des enfants ou des pédophiles sur internet, dans le but de démasquer les prédateurs », explique la gendarmerie nationale, sur son site.

Les conseils de la CNIL pour publier des photos

Il ne s’agit pas non plus de ne plus pouvoir partager les premiers sourires de bébé avec ses proches sur la toile. Il faut juste prendre des mesures pour publier des photos sur le web en toute sécurité. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) prodigue des conseils pour publier des photos sur internet. « ll est important de bien définir, dans les paramètres de confidentialité, quel groupe d’amis a accès à quelle photo ou à quel album photo. Sur Facebook, ce contrôle de l’accès peut passer par la création de listes d’amis et le paramétrage des albums photos ou de chaque photo publiée », explique la CNIL. Elle recommande également d’utiliser avec modération les tags, « cette identification peut être réutilisée par des logiciels de reconnaissance faciale ».
Enfin, la CNIL rappelle que les internautes ont des droits :

Vous avez le droit de faire effacer une photo de vous d’un site ou d’un réseau social. Vous devez demander à la personne qui l’a publiée de l’enlever. Si vous n’obtenez pas de réponse ou si toutes les photos signalées ne sont pas retirées, vous pouvez vous adresser à la CNIL

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.