Petit-Couronne Petroplus : le cadeau « honteux » de la direction…

À Rouen, la plus ancienne des raffineries françaises va être rayée de la carte. Alors que les lettres de licenciement partent, la direction offre un dernier cadeau à ses salariés.

Mise à jour : 23/04/2013 à 19:58 par Briac Trébert

 

Le cadeau de la direction offert aux salariés de Petroplus, mardi 23 avril (photo : Christian Meuriot).
Le cadeau de la direction offert aux salariés de Petroplus, mardi 23 avril (photo : Christian Meuriot).

Un comité de pilotage chargé de faciliter le reclassement des quelque 470 salariés de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne et d’assurer l’avenir du site – qui n’a pas trouvé de repreneur – va être mis en place, a indiqué Pierre-Henry Maccioni, le préfet de Seine-Maritime, vendredi 19 avril. Il sera composé des principaux élus locaux, en particulier Guillaume Bachelay, député PS, et Alain Le Vern, président PS du conseil régional de Haute-Normandie, et de trois représentants de l’intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC, a précisé le préfet.

« Des salariés en larmes »

En attendant, « nous recevons des salariés en larmes », se désole, mardi 23 avril, Nicolas Vincent, du syndicat CGT de la raffinerie Petroplus. Les deux dernières offres de reprise de la raffinerie, celle du panaméen NetOil, en lice depuis juillet 2012, et celle du libyen Murzuq Oil, ont été rejetées mardi 16 avril par le tribunal de commerce de Rouen. « Les lettres de licenciement doivent partir ce mardi », poursuit Nicolas Vincent, qui se désole « du cadeau honteux » de la direction pour leur dernière journée de travail : « un presse-papier avec une raffinerie »…