Petit-Couronne Petroplus : encore dix jours de lutte

Les potentiels repreneurs de la raffinerie de Petit-Couronne ont jusqu’au 5 novembre pour déposer une offre. En attendant, salariés et syndicats occupent le terrain. Calendrier.

Mise à jour : 26/10/2012 à 12:04 par Amandine Briand

Il ne reste que dix jours aux repreneurs potentiels pour déposer une offre devant le tribunal de commerce de Rouen
Il ne reste que dix jours aux repreneurs potentiels pour déposer une offre devant le tribunal de commerce de Rouen (photo : DVelec).

Depuis l’annonce de la mise en liquidation judiciaire de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne, le mardi 16 octobre, salariés et syndicats ne cessent de se battre pour sauver leurs emplois. Le tribunal de commerce de Rouen a donné aux repreneurs potentiels la possibilité de présenter de nouvelles offres, jusqu’au 5 novembre.
Dès le 17 octobre, Net Oil, débouté par le tribunal la veille, faisait part de sa volonté de présenter une nouvelle offre. Alafandi Petroleum Group a également signalé à l’intersyndicale CGT, CFDT et CFE-CGC, qu’il maintenait sa candidature. En attendant, l’intersyndicale du site prévoit plusieurs actions. Objectif : occuper le terrain.

Mobiliser les troupes

« Il faut mobiliser nos propres troupes, explique Yvon Scornet, porte-parole de l’intersyndicale. Avec la mise en liquidation, chacun a pris un coup derrière la tête et nous avons tous été au plus bas. Mais cela ne change rien. Il faut absolument qu’au soir du 5 novembre, il y ait des dossiers assez construits pour être validés. »

Nouvelle assemblée générale ce vendredi 26 octobre
Une nouvelle assemblée générale se tiendra ce vendredi 26 octobre, à 12h45, devant la raffinerie de Petit-Couronne. Suivra une nouvelle action, dont la nature et le lieu ne sont pas encore connus.

Mardi 30 octobre : rencontre avec le président de Shell
Mardi 30 octobre, salariés et intersyndicale seront reçus par le président de Shell, à Colombes, au siège de l’entreprise qui a été propriétaire du site pendant 80 ans, et qui avait proposé, en février dernier, un « contrat de processing » de six mois à Petroplus.

« Nous n’y allons pas pour discuter du “contrat de processing”, précise Yvon Scornet, mais pour dire à Shell qu’il va falloir prendre ses responsabilités, et cela quelque soit l’issue. Shell reste redevable de notre dette sociale. »

Une conférence de presse sera tenue à cette occasion devant le siège de Shell. Pour l’instant, Yvon Scornet a prévu trois cars pleins, autant de salariés qui ont souhaité être présents à cette occasion. « Nous en aurons même certainement un quatrième », annonce-t-il à 76actu.

Grève nationale

Lundi 5 novembre : journée de mobilisation nationale
Lundi 5 novembre, date limite de dépôt des offres de reprise de la raffinerie Petroplus, l’intersyndicale appelle à une grève de 24 heures, reconductible, dans les raffineries et dépôts de carburant de France.

« Nous continuerons à faire tourner des unités avec des personnes réquisitionnées, annonce Yvon Scornet. Ce n’est pas le moment d’arrêter la production, la situation est trop fragile. Tous les autres employés seront en grève. »

Lors du conseil municipal de Petit-Couronne qui s’est tenu jeudi 25 octobre, l’intersyndicale a également lancé un appel à une ville morte. Autrement dit, les syndicats  demandent aux commerçants et aux habitants de les rejoindre devant l’usine, lundi 5 novembre.

« Si la raffinerie ferme ses portes, ce sera 10 ou 15 % du chiffre d’affaires en moins pour les petits commerçants, souligne Yvon Scornet. Surtout les commerces de bouche, comme les boulangeries, les snacks et les traiteurs. L’impact ne se limitera pas aux salariés de Petroplus. Il faut comprendre que cela coûterait beaucoup plus cher à la France de fermer la raffinerie que de nous aider à vivre. »

En France, une douzaine de raffineries ont fermé leurs portes depuis 1975. Il n’en reste aujourd’hui plus que dix. La capacité de production a plongé de 18 % entre 2007 et 2012, de 100 à 82 millions de tonnes.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.