Pétards et artifices du 14 juillet. Danger, interdictions en Normandie. Ce que dit la loi

À l'occasion de la Fête nationale, les chirurgiens mettent en avant le danger des pétards. En Normandie, plusieurs arrêtés réglementent l'achat et l'utilisation des artifices.

Mise à jour : 14/07/2015 à 15:58 par La Rédaction

Les pétards et artifices de divertissement font chaque année plus de 150 blessés, en France. (Photo : cc/Flickr/free photo)
Les pétards et artifices de divertissement font chaque année plus de 150 blessés, en France. (Photo : cc/Flickr/free photo)

Pas de 14 juillet sans feu d’artifice. Et en 2015, ces spectacles pyrotechniques vont encore attirer plusieurs dizaines de milliers de personnes. Mais en marge de ces grands rendez-vous festifs, des pétards sont régulièrement lancés. Parfois au beau milieu de la foule. Avec, dans certains cas, des conséquences graves.
Alors pour limiter tout débordement, des préfets ont pris des arrêtés limitant l’achat et l’utilisation de ces explosifs. En Seine-Maritime ou encore dans l’Eure, notamment, la vente de pétards et artifices de divertissement est interdite depuis le samedi 4 juillet jusqu’au mercredi 15 juillet 2015 à 8h. Leur utilisation est également interdite, au cours de la même période, sur l’espace public ou lors des grands rassemblements.

> Lire aussi : Les feux d’artifice du 14 Juillet 2015 en Normandie. Partagez vos photos.

Pétards, essence : des interdictions

Certaines personnes pourraient être tentées d’organiser un feu d’artifice sur leur terrain. L’arrêté permanent du 21 juin 2010 (n° 2010-00414) stipule qu’il est interdit d’utiliser des artifices la nuit, à partir de 19 h, dans les zones urbanisées et sur la voie publique ainsi que dans tous les lieux où se tient un rassemblement de personnes.
En Seine-Maritime, l’arrêté pris par le préfet va plus loin et interdit l’acquisition de solvants, produits chimiques inflammables ou explosifs, entre le samedi 11 juillet 2015, 8h, jusqu’au mercredi 15 juillet, 8h :

Durant cette période, l’acquisition sous cette présentation des dits produits par les personnes majeures sera assujettie à la présentation d’une pièce d’identité, dont les vendeurs seront tenus d’enregistrer l’ensemble des éléments permettant d’identifier clairement le titulaire (numéro du document, nom, prénom, date de naissance, adresse). »

Une interdiction qui doit permettre « de prévenir les actes de malveillance et notamment les dégradations, par incendie, de biens publics ou privés à l’occasion des festivités du 14 juillet ».

« Le spectre d’amputations »

Pour la Société française de chirurgie orthopédique et traumatologique (SOFCOT), la Fête nationale est l’occasion de rappeler de tristes chiffres. Les chirurgiens constatent en effet « deux pics de fréquence des blessures par pétard ou feux d’artifice, la nuit de la Saint-Sylvestre et celle de la Fête nationale ».
La SOFCOT évoque ainsi, dans un communiqué de presse, un « fléau de santé publique (en raison de ses coûts par la collectivité) : les mains et les yeux sont les organes les plus touchés. Les sujets atteints sont les plus jeunes et le coût du handicap dans ces tranches de population est gigantesque ». Les explosions de pétards provoquent chaque année de graves blessures aux mains, « complexes car multi tissulaires. Elles posent un défi technique aux possibilités de réparation chirurgicale, malgré les énormes progrès. Sur toutes ces mains victimes de pétards ou feux d’artifice plane le spectre d’amputations uni ou pluri-digitales ».

Outre la durée des traitements imposée par ces blessures, les taux d’incapacité en résultant sont immenses. D’autant qu’elles viennent compromettre la quasi-totalité d’une vie professionnelle souvent à peine débutée. Une mauvaise utilisation de ces « pétards » ou produits défectueux au stade de fabrication sont des causes identifiées de ces accidents », indique la SOFCOT.

Dans tous les cas, ces pétards ne doivent pas se garder en main. Il faut les allumer sur un support et les faire exploser à bonne distance des biens, notamment d’arbustes qui pourraient s’enflammer ou de tout autre objet susceptible de provoquer un incendie. Enfin, si le pétard n’a pas explosé, il ne doit surtout pas être touché et doit être éteint à grandes eaux.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.