La Roche-Derrien Pénurie de médecins en Normandie. En Bretagne, une commune embauche... un druide

La désertification médicale touche aussi bien la Normandie que la Bretagne. Et des élus breton ont eu une (fausse) bonne idée : embaucher un druide. Le buzz a fonctionné.

Mise à jour : 18/03/2016 à 12:34 par Julien Bouteiller

La commune de La Roche-Derrien (Côtes-d'Armor) a embauché un druide pour faire face à la pénurie de médecins. (Photo © Le Tregor)
La commune de La Roche-Derrien (Côtes-d'Armor) a s'est associée à un comédien, un faux druide censé faire face à la pénurie de médecins. (Photo © Bertrand Dumarché/Le Tregor)

Urgences qui ferment, communes en manque de médecins, absence de spécialistes sur de larges secteurs… la Normandie est particulièrement touchée par la désertification médicale.
La Bretagne est également pénalisée par ce phénomène. Aussi, pour interpeller les pouvoirs publics, le village de La Roche-Derrien près de Lannion (Côtes-d’Armor) a décidé de faire appel à un druide, apprend-on dans Le Trégor. Ou plutôt un faux druide, puisque Gwenn-Maël est en fait un comédien. Le buzz a fonctionné, et l’information a été reprise dans la presse nationale.

Des permanences de druide à la mairie

Car sur le territoire de la Roche-Derrien, il ne restera bientôt plus que deux médecins. De quoi inquiéter le maire de la commune. Il a mis en place une opération de communication insolite pour alerter sur la situation de son village :

Les médecins ont fait passer des annonces professionnelles, nous avons mis des panneaux, nous avons eu recours au Bon Coin et avons eu pour seule réponse, un druide guérisseur. En aucun cas, il ne se substituera aux médecins, mais apportera un complément de confort pour les troubles du corps et de l’esprit, grâce aux forces naturelles », indiquait, dans Ouest-France, le maire de La Roche-Derrien, Jean-Louis Even.

Gwenn-Maël assurera des permanences à la mairie tous les vendredis. Il ne s’agit évidemment pas d’exercer illégalement la médecine. « Ce qui compte, c’est qu’on parle de nous » confie Jean-Louis Even au Trégor. Une plaisanterie, qui a déplu à certains habitants : un panneau annonçant les permanences du « druide » a même été dégradé. 
Le buzz est néanmoins réussi pour La Roche-Derrien, qui a été très vite placée sous les feux des projecteurs médiatiques. De quoi attirer l’attention sur la problématique de la désertification médicale en Bretagne et au-delà.

-8,7% de médecins en 6 ans en Haute-Normandie

Dans l’ancienne Haute-Normandie, en six ans, on a noté une diminution de 8,7% du nombre de médecins généralistes d’après L’Atlas 2014 du Conseil national de l’Ordre des médecins. Cela représente environ 8,4 médecins pour 10 000 habitants. L’Eure figure notamment en tête de la liste noire des départements ayant la plus faible densité de généralistes.
En Basse-Normandie, il manquerait 80 médecins. Les trois départements bas-normands enregistrent ainsi de fortes baisses du nombre de praticiens médicaux. Une diminution qui varie de -4,6% pour le Calvados, à -7,5% pour la Manche et à -7,3% pour l’Orne.

> Lire aussi : En août 2015, 2000 personnes avaient manifesté à Valognes contre la fermeture des urgences

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.