Caen Patrick Henry, 25 ans en prison à Caen, obtient une libération conditionnelle

Pour le meurtre d'un enfant de 7 ans, Patrick Henry avait été incarcéré 25 ans, à Caen. Libéré en 2001, avant une nouvelle incarcération en 2003, il pourrait être bientôt libéré.

Mise à jour : 07/01/2016 à 19:15 par La Rédaction

La décision de libération conditionnelle est suspendu, suite à l'appel déposé par le parquet de Melun. (Photo : ©Mychele Daniau/AFP)
La décision de libération conditionnelle est suspendue, à la suite de l'appel interjeté par le parquet de Melun. (Photo © Mychele Daniau/AFP)

Son nom reste dans toutes les mémoires. Patrick Henry a obtenu une libération conditionnelle dans la matinée du jeudi 7 janvier 2016, avant la suspension de cette décision dans l’après-midi : le parquet de Melun (Seine-et-Marne) a en effet interjeté appel.
Patrick Henry a passé une bonne partie de sa vie derrière les barreaux, essentiellement au centre de détention de Caen (Calvados), pour le meurtre d’un enfant de 7 ans, en 1977. Libéré au bout de 25 ans, il a de nouveau été incarcéré à Melun pour détention de plus de 10 kg de stupéfiants, en Espagne, en 2003.

Des permissions de sortie pendant trois mois

Si sa liberté conditionnelle était actée par le tribunal, la procureure de la République de Melun, Béatrice Angelelli, s’était aussitôt réservée le droit de faire appel. Le tribunal d’application des peines lui avait accordé d’entamer, dès janvier 2016, un parcours de probation en vue d’une liberté conditionnelle en août 2017. Patrick Henry aurait eu droit à plusieurs permissions de sorties entre janvier et mars, puis à un régime de semi-liberté dans un centre situé à Lille avant huit mois de port d’un bracelet électronique. Un parcours de probation qui devra attendre.
Pour l’avocate de Patrick Henry, ce dernier a pourtant « payé sa dette auprès de la société » :

À 62 ans, il a hâte de finir sa vie en homme libre, après avoir passé toute sa vie derrière les barreaux », avait déclaré à l’AFP son avocate lilloise, Me Carine Delaby-Faure.

Il avait échappé à la peine de mort

Pour le meurtre de Philippe Bertrand, 7 ans, en 1977, Patrick Henry avait été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Pendant son jugement, le plaidoyer de son avocat, Me Robert Badinter, lui avait alors permis d’échapper à la peine de mort.
Détenu modèle, sa sortie de prison en 2001, après 25 ans de détention à Caen, n’était pas passé inaperçue et avait suscité de nombreuses réactions dans l’opinion publique. Recruté par une maison d’édition du Calvados, et devenu symbole de la réinsertion des détenus, un vol à l’étalage en 2002, puis une arrestation à Valence, en Espagne, pour détention de cannabis, lui avait valu une nouvelle condamnation, et un emprisonnement à Melun, pendant plus de dix ans.
Après avoir essuyé cinq rejets de libération conditionnelle, l’un des détenus les plus connus de France est suspendu à l’attente d’une réponse, qui lui permettrait de recouvrer sa liberté, après quasiment 40 ans de détention.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.