Rouen Paris-Rouen en 45 minutes, en train, ils y croient !

Paris-Rouen en 45 minutes, Paris-Le Havre en 1h15 (Paris-Caen en 1h15, et Paris-Cherbourg en 2h15), certains y croient encore ! Une pétition recueille déjà 2 000 signatures.

Dernière mise à jour : 14/02/2013 à 17:51

La LNPN n'est pas (encore) enterrée. Une décision gouvernementale devrait trancher d’ici le printemps.
La LNPN n'est pas (encore) enterrée. Une décision gouvernementale devrait trancher d’ici le printemps 2013.

Elle n’est pas enterrée. Frédéric Cuvillier, le ministre des Transports, vient de confirmer « la poursuite des études (lancées par Réseau Ferré de France) » sur la fameuse LNPN, la Ligne Nouvelle Paris Normandie. « Nous allons regarder où mettre les efforts sur cette ligne », a affirmé le ministre, en déplacement en Basse-Normandie.

Alors, Paris-Rouen en 45 minutes, et Paris-Le Havre en 1h15, possible ? Une décision gouvernementale devrait trancher d’ici le printemps, et certains y croient encore. L’association pour la promotion de la LNPN, avec à sa tête Gérard Lissot, président du Conseil économique de Haute-Normandie (Ceser) mobilise. Elle vient de créer un site internet, et a lancé une pétition qui a recueilli plus de 2 000 « signatures ». L’argumentaire est clair.

Le coût de 11 milliards d’euros « est à relativiser… »

Pour Gérard Lissot, le coût de plus de 11 milliards d’euros – qui peut faire bondir en période de crise – est à relativiser. La LNPN, c’est (seulement) 3,3 milliards d’euros de plus « pour un vrai projet de territoire ! ». Si le projet ne devait pas se réaliser, des investissements demeureront incontournables, insiste l’association : 4,5 milliards pour l’amélioration de la section Mantes-Paris ; 1 milliard pour la construction de la gare nouvelle de Rouen ; 2,2 milliards pour l’amélioration des relations fret entre Le Havre et le Bassin Parisien.

« Ces 3,3 milliards d’euros, c’est le coût réel pour redonner une place maritime à la France dans le monde », répète Gérard Lissot.

« Dans tous les cas, le prix du billet augmentera »

L’autre enjeu de la LNPN, c’est la fréquentation. 19,5 millions de voyageurs ont emprunté en 2009 les lignes Le Havre-Rouen-Paris, Cherbourg-Paris et Mantes-Paris. À l’horizon 2025, « ce nombre s’élèverait à 26 millions de voyageurs annuels et atteindrait même 30 millions si le projet de LNPN était réalisé », selon l’association pour la promotion de la LNPN, qui rappelle que « l’état du réseau actuel ne permettra pas d’accueillir un surcroît important de voyageurs ».

Concernant l’augmentation du prix du billet de train avec l’amélioration de la qualité de service permise par la réalisation de la LNPN, Gérard Lissot met en avant le fait que « si le projet ne se concrétise pas, la hausse du prix du billet sera tout autant effective, notamment aux heures de pointe. L’incapacité à transporter à terme les voyageurs obligeant la mise en place d’un système de réservation avec des prix différenciés selon les heures de pointe et les heures creuses », estime-t-il.

Rouen, 76
Le Havre, 76
Briac Trébert
Rédacteur en chef de Normandie-actu