Caen PALMA. Un nouveau festival dédié à l'art urbain et à la musique, sur la Presqu'île de Caen

Du 23 au 27 mars 2016, la Presqu'île de Caen (Calvados) sera le cadre d'un nouvel événement culturel. Son nom ? PALMA, un festival dédié à l'art urbain et aux musiques actuelles.

Mise à jour : 18/03/2016 à 15:05 par Mathieu Girard

Vendredi 25 mars 2016, Jesus Christ Fashion Barbe sera en concert au Portobello, à Caen (Calvados), dans le cadre de la 1re édition du festival PALMA. (Photo : Les Tontons Tourneurs)
Vendredi 25 mars 2016, Jesus Christ Fashion Barbe sera en concert au Portobello, à Caen (Calvados), dans le cadre de la première édition du festival PALMA. (Photo : Les Tontons Tourneurs)

La friche industrielle de la Presqu’île de Caen (Calvados) a toujours énormément inspiré les artistes locaux. Ce quartier qui est actuellement en pleine mutation sera bientôt le cadre d’un nouveau festival consacré aux arts visuels et aux musiques actuelles. Cet événement baptisé PALMA et co-organisé par Thomas Munerel, Alice Dufay, Buzz Production, JLTOFC, Les Tontons Tourneurs et Rendez-Vous Production aura lieu du 23 au 27 mars 2016, en plein air, mais aussi au Pavillon, au Cargö, au Portobello, à la Maison du Vélo et à la Maison de la recherche et de l’innovation.

L’envie de susciter la curiosité et les échanges

Nouveau rendez-vous artistique, PALMA est conçu comme un parcours mêlant rencontres musicales et visuelles avec l’envie de susciter la curiosité et les échanges sur le territoire de la Presqu’île. Événement convivial et exigeant, il va investir ce vaste terrain insolite, de Caen jusqu’à Mondeville.

Les musiciens se produiront aussi bien dans les salles dédiées aux concerts que dans des lieux inhabituels pour créer la surprise et bousculer l’ordinaire. Les artistes visuels profiteront de ces quelques jours pour intervenir dans l’espace public, offrant aux usagers de la ville un autre regard sur leur environnement, explique François Levalet, des Tontons Tourneurs.

Épicentre du festival, le Pavillon sera le lieu d’exposition et de vie où pourront se rencontrer artistes et public. Que ce soit pour suivre l’évolution des œuvres, participer à des ateliers, se retrouver pour les concerts, fréquenter la bibliothèque éphémère ou siroter un diabolo-menthe au « bar décontracté », Pam Pam, les visiteurs seront conviés à la découverte.
Samedi 26 et dimanche 27 mars 2016, à 15h, au départ de la Maison du vélo, vous pourrez aussi profiter d’une balade à deux roues pour découvrir l’architecture, le patrimoine et tout ce qui compose ce territoire contrasté.

Un vaste parcours d’art urbain

Pendant une semaine, les artistes invités investiront la Presqu’île afin de se réapproprier le territoire et son riche patrimoine industriel et portuaire. Ils travailleront sur des peintures murales, des sculptures et des installations in situ pour suggérer une autre lecture des espaces publics.

  • Graphic Surgery (Amsterdam, Pays-Bas). Ces Hollandais conçoivent des œuvres hybrides entre graphisme, peinture et architecture. Erris Huigens et Gysbert Zijistra explorent les interstices de la ville pour peindre et capturer l’énergie des métropoles qui alimentent leur travail à quatre mains.
  • Nelio (Lyon) commence à faire des graffitis à la fin des années 90. Influencé par le graphisme, l’illustration, la photographie et l’architecture, cet autodidacte nourrit sa pratique artistique de ses nombreux voyages et rencontres. Entre abstrait et figuratif, il a développé un univers graphique paradoxalement minimaliste et complexe.
  • Small (Besançon) produit un travail efficace au style minimal et épuré. Il développe un univers graphique unique ou les formes géométriques s’ordonnent pour muter en éléments figuratifs.
  • THTF (Lyon) est un duo d’artistes formé par Antonin et Clément. Dans leurs travaux, l’aplat et la texture prennent le pas et s’allient à la ligne. Ignorance et naïveté sont maîtrisées avec justesse dans des compositions visuellement puissantes.
  • Gambette (Berlin, Allemagne) est une artiste pluridisciplinaire. Son travail très onirique et riche en motifs s’inspire d’une faune organique, de feuillage luxuriants et d’oiseaux fantasques.
  • Alice Dufay (Caen). L’approche du dessin de cette illustratrice normande se fait sous forme de lignes simples et précises, de formes épurées esquissées à l’encre. Habituée à intervenir sur des grands formats dans la ville, elle fera cette fois évoluer sa technique et son trait sur un mur.
  • Thomas Munerel (Caen) collecte des photographies au cours de ses flâneries caennaises, essentiellement sur la Presqu’île. Il effectue un relevé des tags et graffitis qui croisent son chemin et s’appuie sur les stigmates laissés par le « dégraffitage » pour en tirer des clichés graphiques.

agenda.jpg

Deux belles soirées au Portobello et au Cargö

  • Au Portobello Rock Club. Jesus Christ Fashion Barbe, groupe bien connu des Caennais, fera son retour après plusieurs mois d’absence. Son folk fougueux et son ingéniosité lo-fi sont toujours aussi efficaces et confèrent au quatuor son caractère si particulier. Place ensuite à Bantam Lyons (shoegaze pop), quatre jeunes Bretons qui proposent un rock-noise, teinté de cold-wave et de dream-pop. Cette soirée sera aussi l’occasion de découvrir Classe Mannequin, quatre musiciens issus de la scène indé nantaise et contaminés par les Flaming Lips, Deerhoof et Television.
    C’est quand ? Vendredi 25 mars 2016, à 20h, au Portobello Rock Club, 7 bis avenue de Tourville, à Caen. Tél : 02 31 94 29 70. Tarif : 8 euros.
  • Au Cargö. Trois groupes au programme ce soir-là, sur la scène de la salle de musiques actuelles. L’occasion de revoir à Caen Mansfield.TYA qui était déjà passé par le festival Nördik Impakt il y a quelques années. Le duo présentera son nouvel album Corpo Inferno, un inédit et savant mélange de chanson française moderne, de musique baroque et d’habillages électroniques. Vous pourrez ensuite découvrir Stranded Horse, un groupe d’origine normande ayant débuté sa carrière en 2001, qui revient avec un nouvel opus, Luxe, aux arrangements contrastés et aux mariages inattendus. Enfin, Les Gordon, jeune producteur rennais hyperactif, multi-instrumentiste de formation classique (guitares, violoncelles, ukulélés, mandolines, autoharpes) sera aussi présent.
    C’est quand ? Samedi 26 mars 2016, à 20h, au Cargö, 9 cours Caffarelli, à Caen. Tél : 02 31 86 79 31. Tarifs : 14 à 20 euros

Écoutez La Nuit Tombe de Mansfield.TYA :

Trois concerts sauvages dans des lieux insolites

PALMA proposera aussi trois concerts sauvages. Le concept ? « Débaucher les musiciens et les sortir des salles traditionnelles pour organiser des concerts filmés dans des lieux détournés, explique François Levalet. L’idée est aussi de faire du public un acteur à part entière de ces lives ! »
Les lieux des concerts seront dévoilés le jour-même, sur la page Facebook de l’événement. Restez connectés !

  • Bison Bisou. Habitué des fins de mariage dans les bars tabac entre tontons, ce groupe dégage sur scène toute la puissance d’un Mentos dans une bouteille de Gini qu’aurait renversé un enfant saoul de six ans. L’animal électrique à cinq doubles-pattes ne rechigne jamais à mettre les doigts dans la prise, surtout les cheveux mouillés !
    C’est quand ? Vendredi 25 mars 2016, à 18h. C’est gratuit.

Écoutez Friends de Bison Bisou :

  • Selen Peacock. Ce quartet électrique sondant tous azimuts entre pop oblique, grooves lo-fi et jazz cosmique, cherche à étirer les contours de la musique pour en faire de petites planètes. Derrière une naïveté feinte, leur musique emprunte sa recette à la pop, au jazz et aux musiques d’Afrique de l’Ouest.
    C’est quand ? Samedi 26 mars 2016, à 18h. C’est gratuit.
  • Robert le Magnifique. Bidouilleur inspiré et malin, Robert prend tout ce qui lui tombe sous la main pour un résultat toujours surprenant, perpétuel crossover entre rock, electro et abstract hip-hop.
    C’est quand ? Dimanche 27 mars 2016, à 16h. C’est gratuit.

Infos pratiques :
Festival PALMA, du 23 au 27 mars 2016,
au Pavillon, au Cargö, au Portobello, à la MRI et à la Maison du vélo, sur la Presqu’île de Caen (Calvados).
Plus d’informations sur le site, ici

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.