Alençon Ecologie. Le défi de la famille Thorin, dans l'Orne : produire deux fois moins de déchets en 2016

Comme 20 autres familles d’Alençon (Orne), Maryam et Jérôme Thorin, avec leurs trois enfants, se sont lancé le défi de réduire de moitié leurs déchets en 2016. Présentation.

Mise à jour : 11/03/2016 à 19:44 par Manon Loubet

La famille Thorin d'Alençon (Orne) s'est lancé un challenge : passer de 15 kg de déchets par semaine à sept.
La famille Thorin d'Alençon (Orne) s'est lancé un challenge : passer de 15 kg de déchets par semaine à sept.

20 familles relèvent un challenge à Alençon, dans l’Orne : réduire de moitié leurs déchets en 2016. Ils sont épaulés et conseillés par la Communauté urbaine d’Alençon (CUA). La famille Thorin raconte son expérience.

Mieux consommer et mieux trier

Il est 19 h, un mardi soir, dans un petit pavillon du quartier sud d’Alençon. Sasha, 10 ans, Timothée, 8 ans et Leïla, 6 ans, sont en train de finir leurs devoirs, sous les yeux protecteurs de leur père, Jérôme Thorin, 37 ans. À côté, dans la cuisine, Maryam Thorin, 36 ans, prépare à manger. « J’adore faire la cuisine », assure-t-elle.
Cette famille d’Alençon s’est lancé un défi : réduire de moitié ses déchets avant la fin de l’année 2016. « Nous sommes à 15/16 kilos de déchets par semaine, nous voudrions passer à sept kg par semaine », expose Maryam Thorin, qui est en train d’éplucher des légumes. Accompagnés par la CUA, « nous devons peser chacune de nos poubelles et remplir un tableau Excel que nous envoyons ensuite à la CUA », précise Maryam Thorin.
Équipée d’un compost, de sacs de tri, la famille est conseillée par la collectivité pour mieux consommer. « Ils nous ont donné une liste de commerces où aller acheter des aliments en vrac plutôt qu’en sachet, nous poussent à acheter des produits avec moins d’emballages, énumère Maryam Thorin, fonctionnaire des impôts. Nous pouvons aussi bénéficier de formations pour apprendre à créer des produits de beauté et d’hygiène avec des matériaux naturels, à se servir du compost, de couches lavables… »

Changer ses habitudes de consommation

Déjà adepte de la « récup’ » pour les meubles et les vêtements, la famille a investi dans des bocaux chez Emmaüs pour ranger ses aliments, mais aussi dans des pèse-personnes qu’ils ont installés dans leur cuisine et dans leur garage pour peser les poubelles de déchets et de tri. Ils ont collé un autocollant Stop pub sur leur boîte aux lettres et se sont débarrassés de « tout ce qui est superflu. Nous avons trié nos draps, couettes, vendu un siège auto, du matériel informatique… Pour vivre plus simplement. »
La famille Thorin doit aussi changer ses habitudes de consommation. « Nous allons de plus en plus à la Biocoop et sur le marché du dimanche matin plutôt qu’en grandes surfaces », continue la mère de famille. N’est-ce pas plus cher, surtout quand on a une famille nombreuse ? « Non pas forcément, contrairement à ce que l’on croit car finalement, on achète moins de choses », assure Maryam Thorin.

Sept kilos de déchets par semaine

L’objectif est de taille : passer à sept kg de déchets par semaine pour une famille de quatre. Mais les Thorin comptent bien y arriver. Ils aimeraient même aller plus loin. « Ce qui nous a motivés à la base, c’est une conférence de Béa Johnson, une écrivaine américaine, venue à Alençon, fin novembre 2015, raconte la trentenaire. En une année, avec sa famille de quatre personnes, elle réalise un bocal de déchets. Cela donne envie. »
La communauté urbaine d’Alençon fera un point avec les 20 familles à la fin de l’année 2016 et, si cela fonctionne, le dispositif pourrait être étendu à un plus grand nombre de familles. « Nous vivons dans une société de surconsommation, nous devons stopper la machine. Nous pensons qu’il vaut mieux vivre de nos expériences, vivre modestement plutôt que de posséder des choses », conclut avec espoir Maryam Thorin.

Des poules pour réduire ses déchets !
Le service des déchets ménagers de la CUA organise une remise de poules et de poulaillers. Une centaine de foyers volontaires, disposant d’un jardin, se verront remettre deux poules et un poulailler (pouvant accueillir jusqu’à quatre gallinacés) pour 35 euros. La distribution des poulaillers se déroulera dans la deuxième quinzaine de mai. La remise des poules est quant à elle prévue le samedi 4 juin au parc des promenades d’Alençon.
Les personnes intéressées ont jusqu’au 15 avril 2016 pour se faire connaître auprès du service des déchets ménagers. Une poule est capable d’engloutir chaque année environ 75 kg d’épluchures et autres déchets de cuisine pour les transformer en œufs frais. La fiente peut aussi constituer un excellent engrais. Renseignements au 02 33 32 40 11 ou sur le site de la CUA.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.