Alençon Orne. Le chauffard fonce sur la police, une fillette à l'arrière. Six mois de prison

À Alençon (Orne), dimanche 14 février 2016, un homme a engagé une course-poursuite avec des policiers et a tenté de leur foncer dessus. Il a été condamné à six mois de prison.

Mise à jour : 17/02/2016 à 10:43 par Manon Loubet

(Photo d'illustration Dvelec)
Jugé mardi 16 février 2016 en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel d'Alençon (Orne), le chauffard qui a tenté de foncer sur des policiers, dimanche 14 février 2016, a été condamné à six mois de prison ferme. (Photo d'illustration Dvelec)

Dimanche 14 février 2016, vers 22h30, une Opel fait des écarts, boulevard de la République, à Alençon, dans l’Orne. Repéré par la police, le conducteur est sommé de s’arrêter. Mais ce dernier accélère. S’engage alors une course-poursuite dans le centre-ville d’Alençon. Un deuxième véhicule de police arrive alors en face de lui pour lui faire barrage, relate L’Orne Hebdo. Mais le chauffard passe en force. Il grille un feu à près de 100 km/h, et rejoint la route de Sées.
L’homme finira par se retrouver bloqué face à des locaux privés, à la Chapelle-près-Sées. Les policiers se garent derrière lui et sortent leur arme. L’Opel fait alors demi-tour et fonce sur eux. Mais la voiture n’ira pas loin : elle s’embourbera…

Je n’ai pas voulu écraser les policiers. Je les ai simplement croisés rue Saint-Blaise, leur véhicule était resté sur sa voie », se défend le prévenu, jugé en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel d’Alençon, mardi 16 février 2016, rapporte L’Orne Hebdo.

L’Alençonnais de 45 ans affichait un taux d’alcoolémie d’1,66 gramme d’alcool dans le sang, sa compagne 1,20 gramme. À l’arrière de la voiture, il y avait une fillette de 2 ans. Le chauffard a été condamné à un an de prison, dont six mois ferme et six mois assortis d’un sursis avec mise à l’épreuve pendant deux ans. Il a été incarcéré à la sortie de l’audience.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.