Rouen Rouen. Mobilisation contre la fermeture d'un lycée

L'Ecole industrielle de Rouen doit fermer à la fin de l'année scolaire. Elèves et professeurs devront trouver d'autres solutions. Ils manifestent vendredi 29 mars au Rectorat.

Mise à jour : 28/03/2013 à 18:10 par Hervé Pinson

 

L'Ecole industrielle de Rouen dans la tourmente
L'Ecole industrielle de Rouen dans la tourmente

« On vient de signer notre suppression de poste, on ne sait pas où on sera à la rentrée », témoigne une professeure, présente dans l’établissement depuis 1982. Jeudi 28 mars au matin, les 37 professeurs de l’Ecole industrielle de Rouen sont encore sous le choc. Cela fait pourtant une semaine qu’ils ont appris que leur établissement allait fermer à la fin de l’année scolaire.

200 lycéens font le blocus de l’établissement

Depuis lundi 25 mars, les élèves font le blocus de leur établissement. Ils sont 200 dans ce lycée professionnel privé non confessionnel à caractère public (études gratuites) à poursuivre des études dans les domaines de la maintenance industrielle, de l’électrotechnique, de la conduite des systèmes industriels et de la production en industrie papier carton. À la rentrée 2013, ils devront aller dans d’autres établissements pour poursuivre leur cursus scolaire.

63 000 euros de déficit

Cause de cette fermeture annoncée : un découvert de 160 000 euros sur l’ensemble de l’association de gestion de l’établissement dont 63 000 euros sur le seul lycée professionnel. À savoir que l’association gère aussi le CFA Louis Nicolas Robert et la formation continue.

« Sur ces 63 000 euros, il y a aussi 30 000 euros d’aide à la restauration scolaire », précise Jean-François Soutif, professeur et délégué syndical CGT. « Cela fait en réalité un déficit de 150 euros par élève et par an, ce n’est pas insurmontable ! »

Ecoutez la réaction de Jean-François Soutif :

Selon les professeurs, cette fermeture serait surtout la conséquence de plusieurs facteurs externes : « On subit les fermetures de classe, l’arrêt du cofinancement par le Conseil régional et la baisse de la recette de la taxe d’apprentissage par rapport à l’an passé. »

Des formations éloignées de Rouen

Ce lycée professionnel comprend des filières parfois assez rares, comme le papier carton où il n’existe qu’un seul autre site de formation initiale en France, à Aire-sur-l’Adour (Landes). Pour d’autres, il faudra se rendre à Elbeuf-sur-Seine, avec toutes les contraintes que cela suppose côté transports.

« Autant dire que certains élèves n’auront pas d’autres choix que de changer d’orientation ou d’aller pointer à Pôle Emploi, ajoute Jean-François Soutif. Par ailleurs nous accueillons ici des élèves fragiles, nombre d’entre eux connaissent des difficultés de différents ordres dans leur vie et ils avaient ici un cadre de formation idéal. Nous avons acquis au cours des années une certaine expertise pour leur prise en charge, c’était aussi l’avantage de notre petite structure. »

Un plan social pour une douzaine de personnes

D’autres personnes seront victimes de la fermeture : « Un plan social sera élaboré pour une douzaine de membres du personnel », précise encore Jean-François Soutif. Une réunion de négociation doit avoir lieu mercredi 10 avril entre le Rectorat et les partenaires sociaux.

De son côté, 76actu a tenté de joindre la direction de l’établissement ainsi que le Rectorat de Rouen. En vain. Et c’est précisément devant le Rectorat de Rouen que se rendront élèves, parents et professeurs vendredi 29 mars. Le cortège partira de l’École industrielle de Rouen à 9h30.