Dieppe Migrants. En Seine-Maritime, une élue FN craint le retour de maladies disparues

Dans un communiqué, Françoise Duchaussoy, qui siège dans le groupe FN au Conseil régional de Normandie, s'inquiète de voir des épidémies liées à l'afflux de migrants à Dieppe.

Mise à jour : 18/03/2016 à 17:53 par Julien Bouteiller

Françoise Duchaussoy, élue FN à Eu (Seine-Maritime), craint des épidémies de maladies disparues avec l'arrivée des migrants à Dieppe (photo Bérengère Joly - ©L'Informateur d'Eu)
Françoise Duchaussoy, élue FN à Eu (Seine-Maritime), craint un retour de maladies disparues, avec l'arrivée des migrants à Dieppe. (Photo © Bérengère Joly/L'Informateur d'Eu)

« La situation est de plus en plus inquiétante à Dieppe », s’alarme, dans un communiqué, Françoise Duchaussoy, conseillère régionale et élue municipale Front national à Eu (Seine-Maritime). « On peut légitimement s’inquiéter, aucun contrôle sanitaire n’étant effectué, d’un retour de maladies qui avaient disparu en Europe », écrit-elle.

Crainte de tuberculose, gale ou peste

Alarmiste, l’élue FN, estime que « des cas de tuberculose, de gale et pourquoi pas de peste pourraient rapidement se diffuser, comme c’est le cas à Calais ». Pour elle, la seule solution pour éviter une éventuelle propagation de ces maladies en France, est de « reconduire tous les migrants à la frontière ».

Les pouvoirs publics doivent prendre conscience du problème sanitaire engendré par l’arrivée des migrants à Dieppe. Je dénonce ces problèmes depuis des mois et les migrants eux-mêmes sont très inquiets. Ils sont victimes de passeurs malhonnêtes qui leur vendent l’Europe comme un eldorado, mais ils doivent comprendre qu’ils n’ont rien à espérer de la France. On ne peut pas accepter qu’un problème sanitaire s’ajoute aux problèmes déjà provoqués par l’arrivée de ces migrants : l’insécurité, les bagarres et les vols », estime l’élue, interrogée par Normandie-actu.

Françoise Duchaussoy précise par ailleurs que ses propos sont soutenus par les instances départementales du Front National, qui ont relayé son communiqué sur leur site internet.

« Une récupération politique indigne »

D’après Médecins du Monde, il n’y a pour le moment pas de raison de s’inquiéter d’éventuelles épidémies et l’association dénonce les propos de l’élue FN :

C’est une réaction indigne, de la simple récupération politique », condamne Anne-Sophie Marie, coordinatrice régionale de l’association. « C’est justement aux élus de permettre aux migrants de vivre dans des conditions suffisamment dignes pour qu’ils ne tombent pas malades. L’accès à l’eau, à des bennes pour les déchets, c’est de la compétence des mairies. Heureusement, la mairie de Dieppe est déjà mobilisée pour nous aider.

Y a-t-il cependant des raisons de s’inquiéter de possibles épidémies ? « Il n’y a pas encore de données sur l’état de santé des migrants de Dieppe, reconnaît Anne-Sophie Marie. Il est clair que les conditions inacceptables – absence d’eau, de sanitaires ou de poubelles – dans lesquelles vivent ces personnes peuvent entraîner des maladies, mais il faut attendre un diagnostic réel avant de s’alarmer ». Anne-Sophie Marie confirme que des cas de gale ou de tuberculose se sont bien déclarés dans la « jungle » de Calais (Pas-de-Calais), des maladies qu’elle impute « aux conditions sanitaires déplorables dans lesquelles ils vivent ».

Médecins du Monde, de retour à Dieppe

Elle ajoute par ailleurs que les bénévoles de Médecins du monde reviendront à Dieppe, mardi 22 mars 2016, pour effectuer de véritables examens médicaux sur les quelque 150 migrants installés autour du terminal Transmanche et leur donner un premier accès au soin. « Nous allons aussi sensibiliser les élus, l’Agence régionale de santé et les associations sur place pour que les migrants puissent avoir un accès réel aux soins de santé. »

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.