Loré Équateur. Une jeune Normande de 23 ans tuée. Information judiciaire à Caen

Hélène, 23 ans, originaire de l'Orne, a été tuée lors d'un voyage en Équateur, la nuit du Nouvel An. Un suspect a été interpellé et une information judiciaire ouverte à Caen.

Mise à jour : 11/01/2016 à 15:46 par Timothée L'Angevin

La plage d'Atacames, cité balnéaire où la jeune femme a disparu le soir du Nouvel An (photo : © Wikimedia Commons)
La plage d'Atacames, cité balnéaire au nord-ouest de l'Équateur où la jeune femme de l'Orne avait passé le Nouvel An. (Photo : © Wikimedia Commons)

« On parle a minima d’un homicide volontaire », a indiqué, lundi 11 janvier 2016, la procureur de la République de Caen (Calvados), Carole Étienne, qui vient d’ouvrir une information judiciaire pour assassinat pour le suivi d’information, parallèlement à une enquête ouverte en Équateur. L’autopsie pratiquée sur la jeune Hélène Derouault, 23 ans, originaire de Normandie (du département de l’Orne, à Loré), a conclu à un meurtre. Un suspect, originaire de Colombie, a été interpellé, jeudi 7 janvier 2016, rapporte de son côté le quotidien équatorien, La Hora.

Une cité balnéaire au nord-ouest de l’Équateur

La jeune femme était partie en voyage avec une amie en Amérique du Sud, en novembre 2014. Après avoir passé six mois en Colombie, elles s’étaient rendues en Équateur. La nuit du Nouvel An, elles se trouvaient à Atacames, une cité balnéaire au nord-ouest de l’Équateur. Lors de la Saint-Sylvestre, la jeune femme de Normandie avait disparu. Son amie, inquiète, avait signalé sa disparition. Le dimanche 3 janvier 2016, le corps sans vie d’Hélène avait été retrouvé dans une rivière.

Hélène, une jeune femme pleine de joie

Après des auditions de témoins, les enquêteurs se sont lancés sur la piste du suspect avec qui Hélène aurait passé une partie de la nuit. Celui-ci, un jeune homme de 24 ans, aurait reconnu le meurtre de la jeune femme lors de sa garde à vue. Il aurait indiqué « l’avoir étranglée et jetée dans la rivière, déshabillée », détaille le quotidien La Hora.

Hélène, toujours pleine de joie, transmettait l’amour et le partage tout au long de sa route ».

Une jeune scientifique de Caen (Calvados) tuée en septembre 2009. Charlotte Mazoyer, vulcanologue originaire de Caen, avait été mortellement blessée, le 12 septembre 2009, à Quito (Équateur). Elle avait 27 ans. Ses parents avaient déposé plainte à Quito contre la clinique Pichincha pour « non-assistance à personne en danger et homicide involontaire ». Motif de cette plainte : la lenteur avec laquelle leur fille a été prise en charge qui, selon les parents, est restée une heure sur un brancard.
Le 12 septembre, Charlotte Mazoyer avait été la cible d’une agression dans le quartier central de Quito : elle aurait résisté à trois agresseurs qui voulaient l’entraîner dans leur voiture. La jeune femme s’était débattue : elle recevra deux balles dans le thorax, dont une près du cœur. Le tribunal équatorien avait condamné, en avril 2010, à une peine incompréssible de 16 ans de réclusion les trois hommes accusés d’avoir assassiné la jeune femme. La condamnation maximum en Équateur pour un assassinat est de 16 ans, selon le Code pénal équatorien.

  • Plus d’infos à venir sur Normandie-actu.

Atacames, en Équateur, où Hélène avait disparu :

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.