Marygribouille, la girly blogueuse

Mise à jour : 14/09/2011 à 09:29 par Olivier Bassine

Interview réalisée par une étudiante havraise, Orianne Plate

MarygribouillePouvez-vous résumer votre parcours ?
Avant d’être illustratrice, j’étais libraire et lorsque j’ai quitté ce poste, j’ai décidé de monter un blog d’illustrations pour m’occuper. Au départ je considérais mon blog comme une simple plateforme personnelle pour mes amis et pour moi, mais au bout d’un moment les lecteurs sont devenus de plus en plus nombreux et c’est là que des enseignes ont commencé à me contacter.
À partir de quel moment avez-vous pleinement accepté votre statut d’illustratrice ?
Le blog va avoir trois ans, cela fait deux ans que l’illustration est réellement mon métier mais ça ne fait qu’un an que j’accepte ce statut. J’ai longtemps complexé de ne pas avoir fait d’études artistiques.
Pourquoi avoir choisi le surnom de « Marygribouille » ?
Au départ le titre de mon blog est basé sur un jeu de mots à partir de mon prénom, Marie-lou, de plus, j’aimais assez le terme de gribouillage. Le premier intitulé a donc été « Marygribouille le loup » puis au fur et à mesure ce sont les lecteurs qui l’ont raccourci, ce qui a donné « Marygribouille ».
Quelles sont vos inspirations (musique, livres, quotidien) ?
Pour le blog, la vie de tous les jours reste mon inspiration principale, quant à mes créations je consulte souvent internet et différents travaux graphiques.
Vivez-vous uniquement de vos dessins et de votre blog ?
Le blog n’est pas suffisant pour vivre mais les créations que je fais à côté me permettent d’exercer uniquement mon métier d’illustratrice. Je n’ai pas non plus la volonté d’écrire des billets sponsorisés qui pourraient m’apporter une aide financière, sauf si bien sûr la marque qui me contacte me plaît énormément !  Les enseignes pour lesquelles je travaille ne sont pas toujours glamours mais il est aussi important de pouvoir se mettre en danger, d’imposer sa marque de fabrique là où on ne l’attendait pas forcément.
Quel est votre sentiment vis-à-vis de votre blog et de votre travail ? Le blog est-il un instrument indispensable ?
Oui ! Je n’aurais probablement pas eu l’idée de devenir illustratrice sans ça. Le blog  m’a forcé à dessiner tous les jours, ce qui est un très bon exercice. Cet outil de travail est un moyen pour moi d’approcher le public qui va se sentir concerné parce que je fais. Mais ce sont aussi les réseaux sociaux qui ont donné une nouvelle dimension à mon travail.
Votre rapport au blog a-t-il évolué ?
Totalement ! Au départ j’étais un peu réticente vis-à-vis de ce concept, j’avais en tête le cliché du blog où l’on étale sa vie. Je n’avais pas non plus vraiment de personnage. Aujourd’hui mes posts sont beaucoup plus soignés, j’aime consacrer du temps à mes dessins même s’ils ne sont pas destinés à la vente. Le blog est un lieu qui me permet de dédramatiser certains épisodes plus ou moins drôles de ma vie. C’est vraiment un espace personnel dans lequel j’ai la possibilité de m’exprimer sans contrainte.