Saint-Valery-en-Caux Licenciement d'un postier. Après une grève en Seine-Maritime, une députée demande sa réintégration

À la suite du licenciement d'un postier de Saint-Valéry-en-Caux (Seine-Maritime), Dominique Chauvel, députée PS, condamne la décision de La Poste et demande sa réintégration.

Mise à jour : 17/02/2016 à 19:36 par Raphaël Tual

Des salariés de la Poste ont répondu à l'appel des syndicats pour soutenir leur collègue Julien Caumont, lundi 15 février, devant la Poste de Saint-Valéry-en-Caux (©CGT Dieppe).
Des salariés de La Poste ont répondu à l'appel des syndicats pour soutenir leur collègue, Julien C., lundi 15 février 2016, devant La Poste de Saint-Valéry-en-Caux (Seine-Maritime) (©CGT Dieppe).

La députée PS de Seine-Maritime, Dominique Chauvel, vole au secours du postier de Saint-Valéry-en-Caux, Julien C.. Dans un courrier daté du mardi 16 février 2016, elle condamne son licenciement et demande à La Poste de le réintégrer.

> À lire aussi : En Seine-Maritime, après un licenciement à La Poste, des facteurs sont en grève

Après avoir travaillé huit mois en CDD, Julien a demandé une requalification en CDI. Le conseil des Prud’hommes lui donne raison en avril 2014. Mais, le 2 février 2016, la cour d’Appel de Rouen annule le jugement.

Conformément à la décision juridique rendue par la cour d’Appel de Rouen, la relation contractuelle entre La Poste et l’agent est rompue », se défend la direction de La Poste.

« Un homme abattu »

La députée a écrit aux élus du canton et indique que depuis son licenciement, début février, « c’est un homme abattu. Son épouse est également sous le choc. Cette famille voyait un avenir serein, et, du jour au lendemain, tout s’écroule. » La parlementaire incite ses collègues, maires et conseillers départementaux, à écrire à la direction de La Poste « pour demander la réintégration » de l’ancien salarié et à signer la pétition de la CGT FATP (Fédération des activités postales et de télécommunication). La pétition papier lancée, lundi 15 février, a recueilli près de 375 signatures, selon la CGT.

Fin de la grève

Les syndicats CGT FATP et Sud se sont mobilisés depuis le lundi 15 février pour soutenir leur collègue de Saint-Valéry-en-Caux. Un appel au niveau de la Seine-Maritime avait été lancé. La grève ne sera pas poursuivie jeudi 18 février 2016.

Nous suspendons le mouvement, mais nous continuons les démarches pour obtenir sa réintégration », souligne Bruno Venuat, secrétaire de la CGT FATP.

Mercredi 17 février 2016, le mouvement de grève a été suivi par neuf salariés selon la direction de La Poste, soit 0,5 % de taux de gréviste. « On était encore une vingtaine devant la direction aujourd’hui », affirme, de son côté, Bruno Venuat.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.