Le Petit-Quevilly L'eau polluée aux médicaments ? M6 visite la station d'épuration de Rouen

Diffusée sur M6 dimanche 19 mai, l'émission Capital Terre s'est rendue à la station d'épuration de Rouen pour étudier la qualité de l'eau que nous buvons. Le constat désarme.

Mise à jour : 20/05/2013 à 09:57 par Amandine Briand

 

(Flickr/cc/esquimo_2ooo).
L'eau que nous buvons est-elle polluée aux médicaments ? (photo d'illustration : Flickr/cc/esquimo_2ooo).

Dimanche 19 mai était diffusée en première partie de soirée sur M6 l’émission Capital Terre, la déclinaison écologique de Capital. Pour cette cinquième édition du magazine, Thomas Sotto et son équipe sont partis aux quatre coins de la planète afin d’étudier de près l’eau que nous buvons tous les jours.

Synopsis de l’émission : De l’eau… De l’eau pour boire, pour se nourrir, pour se laver. Chaque jour, il en faut pour tous les êtres vivants sur Terre. Et jamais ce bien vital ne s’est autant imposé comme un défi majeur : un peu partout sur la planète, l’eau manque de plus en plus ou devient trop polluée. De l’eau potable, en quantité et qualité satisfaisante, voilà donc l’enjeu qui nous concerne tous… Et pour lequel nous avons mené l’enquête en France et à travers le monde pour répondre à ces questions-clé : quelle eau buvons-nous aujourd’hui ? Et quelle eau boirons-nous demain ?

À Rouen, des résidus de médicaments dans l’eau du robinet

Divisée en trois sujets, l’émission s’est d’abord intéressée à l’eau courante, celle que nous obtenons directement au robinet et dont nous nous servons pour nous laver, cuisiner et bien sûr, pour boire. Thomas Sotto s’est ainsi rendu à la station d’épuration Émeraude, située à Petit-Quevilly, dans l’agglomération rouennaise. Objectif : vérifier si l’eau que nous buvons au robinet est polluée par des résidus de médicaments. Pour ce faire, l’équipe d’M6 a demandé à un laboratoire indépendant d’analyser l’eau avant son passage dans la station d’épuration et à sa sortie. Le constat est sans appel : les résidus médicamenteux présents à l’entrée dans la station le sont toujours à la sortie. Leur quantité est légèrement réduite et reste infime mais les faits sont là et des questions se posent : comment est-il possible que des résidus de médicaments soient présents dans l’eau, même traitée ?

Les stations dépuration « pas équipées » pour traiter ces résidus

Interrogé devant les caméras d’M6, un responsable de la station d’épuration rouennaise a avancé une explication : les établissements français de traitement des eaux ne sont tout simplement pas équipés pour traiter les résidus médicamenteux. Pourquoi ? Parce qu’au moment de leur création, notre consommation de médicaments était moindre et les stations n’ont pas été pensées pour traiter ce type de résidus…

Également au programme de l’émission du 19 mai, cette eau “cachée” utilisée pour l’alimentation et qui démultiplie notre consommation quotidienne en eau. Saviez-vous par exemple qu’il fallait 6 000 litres d’eau pour produire un kilo de jambon ? Enfin, un dernier reportage tourné en Californie présente une solution inattendue contre le gaspillage : recycler l’eau des toilettes…

Découvrez un extrait de l’émission, ici :