Le Havre Le roi Richard III dans la peau d'un clown. La version de Jean Lambert-wild, présentée au Havre

Du 1er au 10 mars 2016, le Volcan, au Havre, présente Richard III, adaptation de la pièce de Shakespeare par Jean Lambert-wild. Le roi tyrannique se glisse dans la peau d’un clown.

Mise à jour : 27/02/2016 à 00:09 par Solène Bertrand

Richard III-Loyauté me lie, une mise en scène signée de Jean Lambert-wild, est présentée au Volcan, au Havre, du 1er au 10 mars 2016. (Photo : Tristan Jeanne Valès)
Richard III-Loyauté me lie, une mise en scène signée de Jean Lambert-wild, est présentée au Volcan, au Havre, du 1er au 10 mars 2016. (Photo © Tristan Jeanne Valès)

Jean Lambert-wild s’attaque à Richard III, l’une des pièces de Shakespeare les plus jouées au monde, un chef-d’œuvre du théâtre élisabéthain. La pièce Richard III-Loyauté me lie sera présentée au Volcan, au Havre (Seine-Maritime), du 1er au 10 mars 2016.

> Lire aussi : Théâtre. Jean Lambert-wild de retour en Normandie avec son « Richard III »

La fragilité du tyran

Le dramaturge et comédien, Jean Lambert-wild, présente sur la scène du Volcan, sa version de Richard III, un projet longuement mûri et pensé avec Jean-François Driant, le directeur du Volcan :

C’est une pièce magnifique. La figure de Richard III est passionnante. Ce roi incarne, à la fois, le vilain, le tyran, mais c’est aussi un Don Quichotte de la cruauté, qui n’est pas dénué d’humanité. C’est avec empathie que j’ai choisi d’aborder ce personnage, entre clown, bouffon et imposteur.

Sur scène, deux comédiens : Jean Lambert-wild et Élodie Bordas, qui forment un duo de clowns blancs. « Depuis des années, je travaille sur la figure du clown blanc. Avec Élodie, nous avons travaillé sur les situations de drôlerie. Il faut être capable d’activer beaucoup d’énergie pour que les choses soient dites et entendues. »

Vidéo. Jean Lambert-wild et son clown :

Un texte truculent

Sur scène, les deux clowns incarnent tous les rôles, servant la truculence du texte de Shakespeare.

La première arme de Richard, c’est le verbe. Nous avons retravaillé le texte et réinterrogé la langue, en la modernisant, sans en ôter la préciosité. Il faut savoir faire entendre les mots, donner un rythme et une cadence. Shakespeare se joue vite. Par ailleurs, nous avons procédé à une nouvelle traduction, une façon d’interroger la langue, de lui donner une faconde.

Élodie Bordas joue plusieurs personnages : « Élodie a une capacité de métamorphoses incroyables. Pour incarner les différents personnages, elle a recours à d’autres solutions, notamment les nouvelles technologies. On allie théâtre de bric et de broc, avec de simples artifices, et nouvelles astuces et nouvelles technologies. C’est le maillage des deux qui permet d’adopter un imaginaire assez radieux. Il n’y a pas de temps mort. »

Vidéo. Le jeu de Jean Lambert-wild :

L’éternité de Shakespeare

Jean Lambert-wild insiste sur la permanence de la langue shakespearienne :

Ce qui est contemporain, c’est la façon de dire les choses et de les faire entendre. Il s’agit de restituer la puissance du texte. La mise en scène participe de la modernité du texte : « Le décor conçu avec Stéphane Blanquet est magnifique, tout comme l’armure de porcelaine qu’il a conçue. Cette armure a été sculptée à Limoges. C’est une pièce d’exception que j’endosse : l’apothéose d’un vêtement pour un clown blanc. L’armure fragile est prête à se briser ».

Une armure qui symbolise l’ambivalence du personnage, entre dureté affichée et fragilité d’un roi aux multiples visages. La version de Jean Lambert-wild, si elle modernise le texte, restitue la permanence de l’écriture de Shakespeare : « Tout est contenu dans Richard III. À nous de faire saisir la puissance de la langue. »

  • Infos pratiques :
    Jean Lambert-wild animera une conférence, lundi 29 février 2016, à 18h30, à l’Université, Amphi A5,  UFR Lettres et sciences humaines, 25 rue Philippe Lebon, au Havre. Entrée libre 
    Du mardi 1er au jeudi 10 mars, à 19h30, petite salle, au Volcan, espace Oscar-Niemeyer, au Havre. Réservations au 02 35 19 10 20. Tarifs : de 5 à 17 euros
    Attention : la représentation prévue le vendredi 11 mars est annulée pour des raisons indépendantes du Volcan. Il est possible d’échanger votre billet pour les autres séances dans la limite des places disponibles ou de procéder à un remboursement à la billetterie ou par courrier (Le Volcan, Scène nationale,BP 1106,  76063 Le Havre Cedex)

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.