Caen Le carnaval étudiant de Caen vole la vedette aux femmes. Une association monte au créneau

En 2016, le carnaval étudiant de Caen (Calvados) aura lieu en même tant que la Journée de la femme, le 8 mars. Une association féministe déplore ce choix, et propose des solutions.

Mise à jour : 27/01/2016 à 17:10 par Alice Labrousse

Le carnaval étudiant de Caen (Calvados) se tiendra le 8 mars 2016, le même jour que la journée de la Femme. (Photo d'illustration Archives)
En 2016, le carnaval étudiant de Caen (Calvados) se déroulera le 8 mars, le même jour que la Journée de la femme. (Photo d'illustration d'archives)

Pour 2016, le carnaval étudiant de Caen (Calvados), qui avait rassemblé près de 30 000 personnes l’an passé, doit se dérouler le mardi 8 mars. Une annonce qui avait froissé, sur la toile, plus d’un carnavalier, habitué à fêter l’événement un jeudi, jour traditionnel des soirées étudiantes. Une date qui a également fait réagir les membres de l’association féministe Osez le féminisme 14, défenseurs de la Journée mondiale de la femme, qui a lieu… le 8 mars. Astrid Leray, présidente de l’association dans le Calvados, espère ainsi « féminister le carnaval ».

> Lire aussi : En 2016, le carnaval étudiant géant de Caen aura lieu…un mardi

Des étudiants qui seront moins sensibilisés

Nous n’avons pas approché la Ville pour modifier cette date, nous avons compris que la date ne changera pas et qu’il faudra s’y faire », explique avec sérénité la présidente de l’association, Astrid Leray, à Normandie-actu.

Si l’association n’a pas exigé un changement de date auprès de la Ville, celle-ci  n’a pas dit, pour autant, son dernier mot : « Nous avons décidé de maintenir nos événements, même si nous allons perdre le public étudiant, nous le savons. Il préférera faire la fête… Les étudiants seront moins touchés par notre campagne de mobilisation »

« Féminister » le carnaval ?

Pour Astrid Leray, le carnaval et la Journée de la femme ne sont pourtant pas incompatibles. « Féminister » ou plutôt rendre le carnaval plus féministe serait un bon compromis. « Si les deux événements doivent avoir lieu ce jour du 8 mars, il doit être possible de les conjuguer. Nous avons pris contact avec les organisateurs du carnaval pour évoquer une possible « féminisation » de l’événement. Pour l’instant, nous en sommes encore au stade des discussions. Nous voulons un rendez-vous avec les organisateurs pour en parler. » Et si Olympe de Gouges, Simone de Beauvoir, ou Hubertine Auclert s’invitaient à la fête ?

Nous pourrions penser à intégrer à la parade des femmes illustres qui se sont battues pour le droit des femmes. Ce serait une façon de ne pas oublier les raisons de notre combat », argumente la présidente. La Journée des droits des femmes doit rappeler les luttes qui ont été menées et celles qui sont à venir »

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.