Le cancer se soigne avec le sport au Havre

Elles sont atteintes d’un cancer mais s’entraînent au karaté. Mathilde Liot, professeur de la CAMI, est formelle : une pratique régulière accentue le processus de guérison.

Mise à jour : 05/02/2012 à 17:50 par Olivier Bassine

« Vous avez un cancer, vous êtes fatigué, bougez », défend Mathilde Liot.
« Vous avez un cancer, vous êtes fatigué, bougez », défend Mathilde Liot.

Etre malade d’un cancer et faire du sport, une incongruité ? Mathilde Liot vous persuade rapidement du contraire. « De toutes récentes études mettent en évidence qu’en dépit de la lourdeur des traitements, l’activité physique concourt à la guérison. Car cette dernière, l’activité physique, réduit la production des hormones, «engrais à cancer ».
Le professeur de karaté connaît le sujet. Habituée à enseigner auprès d’un public atteint de handicaps, Mathilde a fait le choix de suivre le tout premier cursus universitaire « éducatrice médico-sportive en cancérologie », un cursus porté par la CAMI (Cancer Arts Martiaux Info), l’association dont elle est bénévole désormais. Et depuis septembre dernier, elle accueille à Harfleur, bientôt au Havre aussi, son premier groupe d’élèves.
« Que des femmes. Les hommes, souvent, se replient dans la solitude parce qu’ils ne veulent pas montrer leur maladie ».   Des rires et des sourires : le groupe se retrouve chaque fois avec le même plaisir. « Je suis en retard, désolée, ils m’ont retenue plus longtemps que prévue à l’hôpital. » La maladie, on le sent d’emblée, est dédramatisée.
Les corps s’échauffent longuement, « parce que la pratique du karaté est adaptée aux circonstances. On ne fait pas de combat ; les postures sont adaptées pour un travail en douceur, sans douleur ».
L’idée est que chacun se réapproprie son corps pour une meilleure gestion de son quotidien. « Les bénéfices sont immédiats », constate le professeur. Agnès Lefrançois en témoigne ; elle a rejoint récemment la CAMI . « C’est un bonheur. Mes douleurs physiques disparaissent et mon moral est boosté. Quand on est malade, on pense à soigner son corps, jamais sa tête, c’est une erreur. »
K.L

Pour tout renseignement : caminormandie@gmail.com
ou M.Liot au 06 09 62 20 34.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.