Cany-Barville Seine-Maritime. Une nounou au tribunal pour violences psychologiques sur des enfants

Le tribunal correctionnel de Rouen a jugé une assistante maternelle de Cany-Barville, mercredi 6 janvier 2016. Elle était poursuivie pour « violences psychologiques » sur enfants.

Mise à jour : 14/01/2016 à 09:46 par Karine Lebrun

L'assistante maternelle se serait montrée agressive et humiliante avec les enfants qu'elle gardait. (Photo d'illustration © Fotolia)
L'assistante maternelle était accusée de s'être montrée agressive et humiliante avec les enfants qu'elle gardait. (Photo d'illustration © Fotolia)

Une assistante maternelle de 29 ans était jugée, mercredi 6 janvier 2016, devant le tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime). La jeune femme, qui exerçait à Cany-Barville, dans le pays de Caux, devait répondre de « violences psychologiques » sur des enfants en bas âge qu’elle gardait. C’est une mère de famille qui avait donné l’alerte, en septembre 2014. Le parquet avait requis un an de prison avec sursis et une interdiction d’exercer le métier d’assistante maternelle à l’encontre de la mise en cause. Le tribunal a finalement prononcé la relaxe, mercredi 13 janvier 2016.

Une clé enregistreuse cachée dans le sac d’un enfant

Trois enfants de 4 mois à 2 ans et demi étaient placés sous la responsabilité de cette « nounou ». Certains depuis plusieurs mois. « Et une grande relation de confiance s’était instaurée entre la professionnelle et les parents », souligne l’un des avocats de la partie civile, Me Marc François. Mais, en 2014, une mère de famille s’était inquiétée du changement de comportement de la nourrice.

La maman avait été surprise de constater qu’un des trois enfants était enfermé dans la cuisine, un soir où elle venait récupérer sa fille, âgée de 4 mois à l’époque des faits. Les explications de l’assistante maternelle ne l’avaient ni convaincue, ni rassurée. »

Inquiète, la mère de famille avait décidé de comprendre ce qui se passait réellement :

Elle a glissé dans le sac de sa fille, âgée d’un an aujourd’hui, une clé USB enregistreuse », détaille la partie civile. Entre le 15 et le 16 septembre 2014, 16 heures d’échanges ont ainsi été enregistrés. « Le cauchemar des enfants a été mis au jour », avait résumé l’avocat.

« T’as encore chié dans ta couche »

L’enregistrement donnerait à entendre une assistante maternelle agressive, humiliante et menaçante à l’égard des enfants. Au tribunal, l’assistante maternelle aurait expliqué « ne pas se reconnaître dans l’énonciation de tels propos » :

À cette époque, j’étais dans une mauvaise période. J’aurais dû aller voir un médecin », s’est défendue la prévenue.

Le tribunal, en date du mercredi 13 janvier 2016, a finalement prononcé la relaxe, considérant que les violences n’étaient pas caractérisées.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.