Le Havre Grève des officiers de port, au Havre. Le mouvement levé

La CGT des officiers de port, inquiète des discussions engagées sur le statut des agents, bloque, lundi 29 février 2016, tous les mouvements de navires, au Havre (Seine-Maritime).

Mise à jour : 29/02/2016 à 12:27 par Karine Lebrun

(Photo © Karine Lebrun)
Les officiers de port et les agents administratifs et de maintenance du port du Havre (Seine-Maritime), en grève lundi 29 février 2016, ont allumé des feux près de la capitainerie. (Photo © Karine Lebrun)

Dernière minute : Les agents en grève, lundi 29 février 2016, ont levé leur préavis, en fin de matinée, après l’obtention d’un accord avec la direction.

Plus de trafic sur le port du Havre (Seine-Maritime), lundi 29 février 2016. La CGT des officiers de ports et la CGT des agents portuaires du Havre paralysent tous les mouvements d’entrée et de sortie des navires, depuis 7h, pour faire entendre leurs craintes concernant le statut des agents.
Outre les feux de pneus lancés en quatre endroits du port, les officiers ont mis au rouge tous les feux d’entrée et de sortie du port. Toute navigation devient interdite. Les grévistes ont obtenu un rendez-vous en urgence avec la direction du Grand port maritime du Havre.

Le statut des officiers de port remis en question

Nous avons adressé à la direction un préavis de grève, le 8 février dernier, en espérant l’ouverture d’un dialogue mais nous n’avons eu aucun signe de sa part », explique le secrétaire général de la CGT des agents portuaires, Laurent Delaporte.

Ce sont les officiers de port qui, cette fois-ci, ont pris les premiers, le chemin de la grève. Des discussions sont actuellement en cours pour permettre une évolution de leur statut. Mais les officiers craignent que leurs prérogatives en matière de gestion des trafics ainsi que leur autorité soient revus à la baisse.

Quatre feux de pneus lancés simultanément

Ils veulent être rassurés. Et conjointement, nous sommes en mesure d’apporter à la direction les conditions de sortie de la grève. Il faut juste qu’elle accepte de nous entendre.

Le trafic bloqué, la direction proposait un rendez-vous en urgence, aux grévistes.

Nous espérons qu’elle ira dans notre sens. Le cas contraire, d’autres actions pourraient être programmées dans la journée. Notre préavis de grève court jusqu’à 19h », menace Laurent Delaporte.

Dans le port, quatre feux brûlaient : au pied de la Capitainerie, près de l’ancienne cloche des dockers, près aussi des ateliers de maintenance et devant le siège du GPMH.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.