Le Havre Grève dans les transports au Havre : la CGT au tribunal

Au Havre, LiA attaque la CGT devant le tribunal administratif. Selon la direction, la grève prévue à partir du 25 mars entraînerait un trouble à l'ordre public. Explications.

Dernière mise à jour : 21/03/2013 à 17:05

La grève chez LiA devrait débuter le 25 mars, sauf décision contraire du tribunal.
La grève chez LiA devrait débuter le 25 mars, sauf décision contraire du tribunal.

Dernière minute. C’est au tribunal administratif que LiA (société de transports de l’agglomération havraise) et la CGT s’étaient donné rendez-vous jeudi 21 mars 2013. Le tribunal statuera finalement vendredi 22 mars sur la validité du préavis de grève déposé par le syndicat. Alors, grève ou pas grève à compter du lundi 25 mars dans les transports havrais ? Réponse vendredi 22 mars, à 16h.

Explications :
Chez LiA, la société de transport de l’agglomération du Havre, la NAO (Négociation annuelle obligatoire) est au point mort. La CGT a déposé le 18 mars dernier un deuxième préavis de grève, suite à l’échec du premier, « en raison d’une erreur de calcul et de délai légal pour annoncer le mouvement », précise Omar Lazreg, délégué CGT chez LiA, « une erreur que nous ne commettrons pas deux fois », insiste-t-il. Les revendications concernent les salaires et les discussions sur la NAO :

« La CGT et FO, les deux syndicats majoritaires, n’ont pas trouvé d’accord et nous demandons une revalorisation de nos salaires.»

Des débrayages quotidiens prévus du 25 mars au 12 avril

Le mouvement de grève des chauffeurs de LiA devrait débuter le lundi 25 mars et prendre fin le vendredi 12 avril 2013.

« Cette fois-ci, nous sommes sereins et savons que nous sommes dans les clous pour ce préavis qui respecte la procédure », souligne Omar Lazreg. Pourtant, LiA a décidé d’assigner en justice le syndicat CGT.

L’une des raisons invoquées par Christophe Kaminski, responsable de l’exploitation chez LiA, est « un risque de trouble à l’ordre public». Le préavis de grève stipule que des débrayages auront lieu, tous les jours, sur la période définie, pendant 55 minutes.

« À horaires variables sur les horaires de pointe, nous cesserons le travail et arrêterons nos bus. Le préavis mentionne tous les arrêts de bus et précise que nous ne bloquerons pas la route. Par exemple, sur la ligne 2, nous savons qu’il faut dégager le stationnement sur les arrêts de bus pour ne pas gêner la circulation», indique le représentant de la CGT.

Omar Lazreg est pourtant formel : « ce préavis ne porte pas atteinte à la liberté de circuler et il permet d’assurer un service minimum.»

« Mise en danger des voyageurs »

Pour le responsable d’exploitation de LiA :

« il semble pourtant que ce préavis de grève ne soit pas conforme en de nombreux points. Des éléments susceptibles de troubler l’ordre public ont été relevés. Nous considérons que le fait de laisser le bus en pleine ville et de faire descendre les clients lors d’un débrayage est susceptible de générer des conflits et d’entraîner des agressions des chauffeurs.»

Ainsi, la direction de LiA estime que ce préavis ne garantit pas ni la sécurité des conducteurs, ni celle de voyageurs : « Des mineurs pourraient ainsi être livrés à eux-mêmes et laissés à un point du réseau sans alternative, ni solution.»
Le débrayage risque de  « rendre dangereuse la circulation. Rappelons que LiA, ce sont 120 bus et environ 20 tramways qui circulent et passent par des axes stratégiques» , insiste Christophe Kaminski.

« Rupture du dialogue social »

Omar Lazreg conteste, lui, « les méthodes employées » par la direction de LiA, qui, « par cette assignation, rompt le dialogue social». Le syndicaliste précise, par ailleurs, qu’une réunion s’est déroulée le 19 mars avec la direction pour tenter de trouver un accord : « Nous avons proposé de déterminer des points d’arrêts avec la direction pour éviter la gêne en terme de circulation. Mais la direction a refusé toute négociation…», regrette-t-il. Une accusation à laquelle Christophe Kaminski ne répond pas « dans l’attente de la décision du tribunal administratif qui devrait statuer sur le maintien de la grève prévue le 25 mars prochain.»

Réponse vendredi 22 mars, à 16h

En raison d’un « dossier reçu tardivement, la veille de la comparution, à 18h50 » et estimant qu’elle n’avait pu préparer sa défense, la CGT a obtenu le report de l’assignation à comparaître, initialement prévue mercredi 20 mars à 11h au jeudi 21 mars, 14h30.

« Contact a été pris avec l’avocat qui a plaidé pour le syndicat en septembre 2012, alors que la TCAR (réseau de transports en commun de l’agglomération rouennaise) jugeait illégal le mouvement du syndicat. C’est donc Maître David Alves Da Costa qui se déplacera demain au Havre pour assurer notre défense », précise Omar Lazreg.

Le tribunal statuera finalement vendredi 22 mars sur la validité ou non du préavis de grève déposé par le syndicat. Alors, grève ou pas grève à compter du lundi 25 mars dans les transports havrais ? Réponse vendredi 22 mars, à 16h.

Le Havre, 76
  1. [...] LiA avait attaqué le syndicat au tribunal, craignant que les débrayages prévus ne génèrent « un trouble à l’ordre public ». Chaque jour, le temps de la grève, était prévu un arrêt de service de 55 [...]
  2. Gibiga
    21 mar 2013 19:42
    Le but d'une grève est de faire entendre ses revendications par des actions qui font chier les usagers, les patrons et met au courant le public, donc je soutiens ce mouvement pour une revalorisation de vos salaires même si sur la route je risque d'être ennuyé! N'écoutez pas ceux qui vous culpabilisent parce qu'ils sont au chômage, licenciés ou autre, les revendications salariales ne doivent pas pour autant s'aligner vers le bas, c'est du chantage, parce que certains patrons sont des fils de p...à la solde de la finance!!!!
  3. Gaillard
    21 mar 2013 07:37
    le luxe supreme !! cette greve , je viens d etre licencier , votre greve bidon va entrainer des heurts , des que lon voie des gilet jaunes c est la cgt . , une manif aussi . aller emmerder les responsable de vos petit soucis , laisser les démunis tranquille
  4. MANU7681
    20 mar 2013 21:50
    Vu que je ne me sert pas des bus et du tram, je ne vois pas ce que la grêve changera.

    En revanche, une baisse de salaire pour avoir mis en collision un bus et un tram me paraitrait normal.
  5. t
    20 mar 2013 20:10
    si vous faite grevé vous prenez les gens en otage plus de bus plus de trams = otage
  6. Josef
    20 mar 2013 13:29
    La gréve c'est que pour les bus ? ou les trams aussi vont s’arrêter ?