Poitiers France. Une femme torturée à mort pendant deux mois. Un couple en prison

Le corps sans vie et torturé d'une femme de 57 ans a été découvert dans le département de la Vienne, vendredi 26 février 2016. Le même jour, un couple a été interpellé.

Mise à jour : 29/02/2016 à 11:49 par Raphaël Tual

La gendarmerie a déployé un important dispositif pour arrêter un couple de suspects suite à la découverte d'un corps dans la Vienne (photo d'illustration ©Raphaël Tual).
Les gendarmes ont déployé un important dispositif pour interpeller le couple (photo d'illustration ©Raphaël Tual).

Un couple a été mis en examen dimanche 28 février 2016 à Poitiers (Vienne) et écroué après la découverte du corps sans vie d’une femme, rapportent nos confrères du Parisien. L’homme de 55 ans et la femme de 46 ans sont soupçonnés d’avoir séquestré et torturé la victime, qui avait été retrouvée par des éboueurs sur la commune de Saint-Léger-de-Montbrillais, en lisière d’un champ de vignes, vendredi 26 février 2016. Il portait des traces de coups, brûlures et fractures, a précisé le parquet de Poitiers à la presse.
Les deux suspects ont été interpellés le même jour par les gendarmes, qui avaient déployé un important dispositif.

Torturée depuis le mois de décembre

Selon le procureur adjoint, Patrick Mairé, la victime aurait subi chaque jour, depuis le mois de décembre 2015, des violences et des humiliations. La quinquagénaire, originaire de Montreuil-Bellay dans le Maine-et-Loire, a été séquestrée à Argenton-L’Eglise, à une quinzaine de kilomètres, dans les Deux-Sèvres, où vivaient les mis en cause. Le couple n’aurait aucun antécédent judiciaire selon France Bleu et semble connaître de grandes difficultés sociales.
Le mobile du crime n’est pas clairement défini, mais il pourrait s’agir d’une « vengeance à la suite d’un différend familial », a indiqué le parquet. « La victime connaissait les suspects, et avait notamment séjourné il y a 12 ans chez les parents du mis en cause », précise Le Parisien.
L’enquête permettra d’éclaircir les circonstances et les raisons de ce drame.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.