Caen Football, Caen reste en Ligue 1. La saison vue par Thomas Thouroude, journaliste made in Normandie

Actuellement au festival de Cannes (Alpes-Maritimes) pour le Grand Journal de Canal+, Thomas Thouroude revient sur ses attaches à Caen (Calvados), et la saison du Stade Malherbe.

Mise à jour : 17/05/2015 à 15:42 par La Rédaction

Thimas Thouroude a donné le coup d'envoi du match Caen-Lyon : « Le Stade Malherbe a fait une excellente saison ». Photo SMC
Thomas Thouroude a donné le coup d'envoi du match Caen-Lyon : « Le Stade Malherbe a fait une excellente saison ». Photo ©SMC

Normandie-actu. Thomas Thouroude, vous faisiez souvent référence au Stade Malherbe lorsque vous présentiez l’Équipe du Dimanche sur Canal+ (jusqu’en 2014). Quelles sont vos attaches avec Caen ?
J’ai vécu toute ma jeunesse en Normandie. D’abord à Ouistreham et à Colleville-sur-Mer (Calvados). Ensuite, ma famille a déménagé à Caen lorsque je suis entré en école primaire. J’ai été scolarisé à Lemière et Bosnières et au collège Pasteur. Puis j’ai fait ma seconde à Rouen (Seine-Maritime) avant d’aller à Paris pour une section sport études rugby au lycée Lakanal à Sceaux (Hauts-de-Seine). Je suis resté à Paris pour poursuivre mes études de journalisme. En dernière année, j’ai fait un stage de trois mois à Radio France Normandie Caen (aujourd’hui France Bleu Basse-Normandie). Mon rédacteur en chef était Francis Gaugain et je travaillais également avec Michel Legorjus ou Jean-Marc Pérez. Je suis tombé dans une très bonne rédaction et j’ai eu beaucoup de chance de rencontrer Francis Gaugain.

Revenez-vous souvent à Caen ?
Ma mère habite à Caen et j’essaie de revenir quand je peux.

Quelles sont vos premiers souvenirs du Stade Malherbe ?
Je suis allé au Stade Venoix à l’âge de dix ans. J’étais dans le virage et ça reste des beaux souvenirs. Je me rappelle aussi des terrains d’entraînement des professionnels à Venoix où j’allais faire des parties de football avec les potes, même si c’était interdit. Nous nous faisions virer par le gardien, mais nous revenions quand même. Lorsque la saison des professionnels était terminée, nous jouions jusqu’à très tard le soir.

Quels joueurs du Stade Malherbe vous ont marqué ?
Xavier Gravelaine notamment parce que c’était la star. Quand je suis revenu travailler à Caen, il y avait Jérôme Rothen et Bernard Mendy. Plus tôt, il y avait Stéphane Dedebant qui était excellent. Je me souviens d’avoir vu arriver Kennet Andersson, Pascal Nouma, Hippolyte Dangbeto. Mais également des historiques comme Yvan Lebourgeois, Christophe Point, Willy Görter, Franck Dumas, Benoît Cauet ou Titi Deroin.

Et également Mathieu Duhamel que vous citiez dans l’Équipe du Dimanche dans le classement des meilleurs buteurs européens ?
Je continue de suivre les résultats de Malherbe. Nous avons pensé : « pourquoi nous ne le mettrions pas dans le classement des buteurs ? ». C’était rigolo de le voir aux côtés de Lionel Messi et Cristiano Ronaldo. Cela a été accepté parce que c’était marrant. C’était un petit pas de côté et un clin d’œil. Ça ne portait pas à conséquence.

« Xavier Gravelaine a raison pour le projet 2015-2020 »

Comment jugez-vous la saison du Stade Malherbe Caen en Ligue 1 ?
Le Stade Malherbe a fait une excellente saison au regard des moyens du club. Les équipes au gros budget peuvent s’acheter des très grands joueurs et jouer les premiers rôles, alors que les clubs aux budgets moins importants se débrouillent comme ils le peuvent. Ce que je trouve formidable avec Malherbe, c’est qu’il y a toujours une culture autour d’un jeu ambitieux et ouvert. Je ne m’ennuie pas à les voir jouer. Que ce soit en Ligue 2 ou en Ligue 1. Chaque année, l’équipe est aussi capable de réussir des coups. Comme cette saison au PSG (2-2), à Marseille (3-2) ou contre Lyon (3-0).

> Lire aussi : le résumé du match, samedi soir : Football. C’est fait ! Caen résiste à Bastia, et restera en Ligue 1

Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez donné le coup d’envoi contre Lyon ?
C’était chouette. J’ai vécu un super moment qui m’a un peu ému. C’était impressionnant d’être au milieu du terrain avec ce stade rempli. Le scénario était parfait et je me suis régalé.

Quels joueurs appréciez-vous cette année au Stade Malherbe ?
N’Golo Kanté est vraiment très, très fort. Julien Féret est un très beau joueur. Nicolas Seube a encore fait une superbe saison. Thomas Lemar sera un joueur à suivre et dont on entendra parler. Lenny Nangis a réussi de sacrés matches tout comme Nicolas Bénézet. Il y avait des joueurs de qualité cette saison.

Que pensez-vous du projet 2015-2020 qui a pour but de promouvoir des jeunes joueurs de la région ?
Xavier Gravelaine a raison. Dans son histoire, le Stade Malherbe a permis à des joueurs de la région d’exploser au plus haut niveau. L’attente du public sera alors plus grande et une identité de jeu va aussi se créer. La formation à la française est reconnue dans les plus grands clubs européens. L’exemple, actuellement, c’est Lyon. L’OL a joué le titre cette saison sans des moyens colossaux tout en s’appuyant sur des joueurs formés au club.

Êtes-vous le seul supporter du Stade Malherbe Caen à Canal+ ?
Il y a une diaspora normande importante. Stéphane Guy est originaire d’Alençon et la belle-famille de Romain Del Bello vient de Caen.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.