Rouen Fibre optique, vie numérique : Rouen, ville connectée ?

Avec le déploiement de la fibre optique dans l’agglo de Rouen, le très haut débit se généralise et offre de nouvelles possibilités pour les professionnels, comme les particuliers.

Mise à jour : 25/02/2015 à 16:17 par Fabien Massin

L'agglomération de Rouen devrait être couverte par la fibre optique d'ici l'horizon 2015. (photo d'illustration Fotolia)
L'agglomération de Rouen devrait être globalement couverte par la fibre optique d'ici l'horizon 2020. (photo d'illustration Fotolia)

La fibre optique arrive progressivement dans l’agglomération de Rouen (Seine-Maritime), avec pour objectif une couverture générale du territoire à l’horizon 2020. Un basculement dans le très haut débit profitable pour les particuliers et les professionnels.

Une régie spécifique dans l’agglomération de Rouen

Le dossier est piloté par la Métropole Rouen Normandie, qui a lancé une régie autonome spécifique pour ces enjeux, et afin d’être maîtresse de son réseau. Depuis 2005, 150 kilomètres de fibre ont déjà été déployés vers les zones d’activités. Dans ces cas-là, la Métropole loue la fibre aux opérateurs, et joue un rôle d’assistance technique, entre les opérateurs et avec les collectivités publiques. À noter par ailleurs que l’Agglomération de Rouen a doté de fibre toutes ses pépinières d’entreprises (Seine Innopolis, et ses déclinaisons Biopolis, Creapolis etc.), dans un souci d’attractivité et de soutien au développement économique.

Une cantine numérique

L’Agglomération de Rouen s’est même dotée d’une cantine numérique, NWX dédiée aux entrepreneurs du web et du numérique. Le concept de cantine numérique s’inspire des espaces de travail partagés (« coworking »). L’outil s’adresse aux porteurs de projets, aux indépendants et autres startupers qui souhaitent créer une entreprise dédiée au numérique ou consolider un projet. L’enjeu : rompre l’isolement des entrepreneurs et favoriser la naissance d’une communauté dont l’énergie bénéficiera au territoire. Dans ce domaine, et comme l’union fait la force, les trois agglomérations normandes Rouen, Caen et Le Havre ont déposé une candidature pour obtenir le label French Tech. Avec, à la clé, en cas d’acceptation du dossier, des financements de l’État, dont la cantine numérique de Rouen, NWX, bénéficierait – notamment -, au sein du réseau normand.

200 mégas de débit

Concernant l’internet grand public, l’initiative du déploiement en revient aux opérateurs privés. D’une manière globale, le territoire – 71 communes – devrait être couvert d’ici 2020. Les secteurs de Mont-Saint-Aignan, Déville-lès-Rouen, Canteleu, Petit-Quevilly, Sotteville-lès-Rouen ou encore Grand-Quevilly en sont au stade des études ou du déploiement. Avec cette nouvelle technologie, contrairement à l’ADSL, les disparités entre les territoires seront gommées. Pour les professionnels comme pour les  particuliers, en tout cas, la fibre optique constitue un grand bond en avant, avec des connexions de 200 mégas minimum assurées. Un débit qui permet un confort pour les adeptes de la multi TV, la VOD (vidéo à la demande) ou encore la télé full HD.

Mutualisation des infrastructures

De son côté, pour faciliter le développement de la fibre, la Ville de Rouen vient de signer un accord de partenariat avec ERDF, Électricité réseau distribution France, et Orange.

Il s’agit de mutualiser l’usage des poteaux électriques, propriété de la Ville, avec ERDF et Orange, explique Fatima El Khili, adjointe en charge – notamment – de l’énergie. En cas de travaux sur les réseaux électriques, l’opérateur en profite systématiquement pour passer les fourreaux utilisés pour la fibre. La coordination se fait selon un cahier des charges technique commun. Cela, en vue d’atteindre l’objectif d’une généralisation de la fibre sur le territoire, et de l’organisation d’une ville 2.0.

Vers la ville 2.0 ?

Sur ce projet de ville 2.0, la ville du futur hyperconnectée, les pistes sont multiples.

Le potentiel et les avantages offerts par la fibre sont très grands , souligne l’adjointe. Il y a l’aspect performance et vitesse de connexion, pour les citoyens et les entreprises, mais pas seulement. Avec le déploiement de la fibre, on recycle les anciennes lignes ADSL en cuivre et on consomme moins d’électricité. Dans les bâtiments où la fibre est installée, c’est ainsi un levier d’économie d’énergie non négligeable. Par ailleurs en ville, on peut imaginer diverses applications très concrètes : repérage des places de stationnement libres, à l’aide de capteur, informations en temps réels sur les bouchons, installation de vidéos dans les TEOR etc.

Enfin, à noter que le paiement du stationnement en ville avec son smartphone est actuellement à l’étude.

Après Sotteville-lès-Rouen, un projet de « centre de données » à Gonfreville-l’Orcher

Après un premier « data center » ou « centre de données » à Sotteville-lès-Rouen, dans l’agglomération de Rouen, Webaxys, spécialiste de l’hébergement de systèmes d’information, s’apprête à en construire un deuxième à Gonfreville-l’Orcher, près du Havre, annonce l’Usine digitale, et envisage la construction d’un troisième à Caen (Calvados) en 2017. Hébergeur de systèmes d’information et opérateur télécom pour les entreprises, la société Webaxys s’est équipée en 2011 de son propre « centre de données » qui héberge 400 clients (PME et grands comptes régionaux). L’entreprise a réalisé 1 million de chiffre d’affaires en 2014, et emploie six salariés.

Fabien Massin
Journaliste à Normandie-actu - Twitter
Localité(s) :
Rouen, 76

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.