Évreux Eure. Restos du cœur. Le Département accusé d'avoir refusé une subvention. Polémique

Dans un courrier daté du 16 octobre 2015 et envoyé à la presse vendredi 23 octobre, le président de la Région Haute-Normandie s'en prend à son homologue du Département de l'Eure.

Mise à jour : 30/10/2015 à 14:06 par Christophe Degand

À moins de deux mois des élections régionales en Normandie, les échanges sont virulents entre élus de droite et de gauche. (Photo : CG27)
À moins de deux mois des élections régionales en Normandie, les échanges sont virulents entre élus de droite et de gauche. (Photo : CG27)

À en croire la teneur des échanges entre élus de droite et élus de gauche, en Haute-Normandie, la campagne pour les élections régionales en Normandie a bel et bien commencé. Vendredi 23 octobre 2015, le président de Région Nicolas Mayer-Rossignol (également tête de liste socialiste pour les élections de décembre 2015), a fait parvenir à la presse un courrier adressé à son homologue du Département de l’Eure Sébastien Lecornu (Les Républicains).
Dans cette lettre, datée du vendredi 16 octobre, Nicolas Mayer-Rossignol dénonce « le refus [du Département de l’Eure) d’accéder à la demande des Restos du cœur pour l’achat d’un véhicule ». Une demande de subvention effectuée dans le cadre du dispositif 276 Solidarités, pour l’achat d’un véhicule de transport destiné à la distribution alimentaire, qui n’a pas été acceptée.

« De nombreux Eurois comptent beaucoup sur la solidarité »

Le président de la Région Haute-Normandie précise :

Alors que la campagne d’hiver est sur le point de démarrer, l’aide aux associations caritatives haut-normandes (…) est réellement importante pour répondre à l’urgence sociale. De nombreux Eurois, comme partout en France, sont fragilisés par la crise et comptent beaucoup sur la solidarité. Dans l’Eure, 8 800 personnes sont accueillies aux Restos du coeur, dans 20 centres (des Andelys à Vernon, en passant par Bernay, Gisors, Romillysur- Andelle, Conches-en-Ouche ou encore Verneuil-sur-Avre…). 565 bénévoles assurent la distribution d’environ 1 170 200 repas chaque année.

Nicolas Mayer-Rossignol ajoute, dans un communiqué joint à la copie de ce courrier que « la Région apportera sa part de financement sur ce dossier. »

« Le courrier n’est toujours pas parvenu »

Un tacle qui n’a pas du tout plu au président du Département de l’Eure, élu en mars dernier. « La copie du courrier transmise aux médias et datée du 16 octobre n’est toujours pas parvenue à son destinataire », samedi 24 octobre 2015, indique à Normandie-actu l’entourage du président, qui parle d’une « pseudo-affaire témoignant surtout du désarroi du candidat Mayer-Rossignol depuis la parution des sondages » de l’institut BVA publiés vendredi 23 octobre.
Fin juin, Sébastien Lecornu avait déjà été questionné par le président de Région, après l’annonce de l’abandon du dispositif 276. Nicolas Mayer-Rossignol s’était ému de la fin de ce dispositif, qui permet des financements croisés entre la Région et les Départements de l’Eure et de Seine-Maritime. Ce à quoi Sébastien Lecornu avait répliqué :

Qui pouvait imaginer que le “276″ allait survivre à l’émergence d’une grande Normandie ? J’avoue que l’idée ne m’a pas effleuré que quiconque puisse regretter de tirer un trait sur un dispositif calibré pour deux départements alors que l’avenir se conjugue à cinq ! Faut-il vraiment expliquer pourquoi à l’heure de la grande Normandie, un dispositif de cofinancement qui relierait exclusivement le 27, le 76 et la Haute-Normandie serait une aberration de l’histoire doublée d’un délire technocratique ? Eh bien oui, si on en croit les responsables nostalgiques de gauche, qui voudraient exclure les bas-normands de l’investissement sur la période 2015-2020 pour honorer la mémoire de la défunte Haute-Normandie ; Etrange ambition que de vouloir avancer en regardant continuellement dans le rétroviseur.

Reste que l’association les Restos du cœur, elle, cherche toujours un financement pour son véhicule…

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.