Vernon Eure. Jets de pierres, gaz lacrymogènes. À Vernon, deux policiers pris à partie

Deux policiers ont été pris à partie, mercredi 16 décembre 2015, dans un quartier de Vernon (Eure). Ils ont été la cible de jets de pierres et gaz lacrymogènes.

Mise à jour : 18/12/2015 à 18:28 par La Rédaction

Deux policiers ont été pris à partie, mercredi 16 décembre 2015? dans un quartier de Vernon. (Photo d'illustration)
Deux policiers ont été pris à partie, mercredi 16 décembre 2015 dans un quartier de Vernon. (Photo d'illustration)

Mercredi 16 décembre 2015, deux policiers ont été pris à partie, alors qu’ils tentaient d’interpeller un jeune homme, dans le quartier des Valmeux, à Vernon (Eure). Dans ce quartier placé en Zone de sécurité prioritaire, une quinzaine de jeunes s’en seraient pris aux deux fonctionnaires. Ils ont été la cible de jets de pierres et de gaz lacrymogènes, indique une source syndicale d’Alliance Police nationale. Ils ont été blessés. Leur véhicule aurait aussi été dégradé.
Selon Le Démocrate Vernonnais, les deux agents se seraient vus remettre un arrêt de travail (ITT) de cinq et six jours.

« Une augmentation de l’effectif, sans délai »

Le syndicat Alliance 27 a dénoncé cette agression. Il déplore également le manque de moyens dans les Zones de sécurité prioritaire, comme à Vernon :

Alliance Police nationale ne cesse d’alerter la hiérarchie sur l’augmentation des missions dévolues aux policiers ainsi que la mise en place des Zones de sécurité prioritaires sans renforts et sans les moyens adaptés. (…) Alliance demande de toute urgence une augmentation de l’effectif de Vernon et cela sans délai », relate le syndicat dans un communiqué.

Le syndicat dénonce le faible effectif du Groupe de sécurité de proximité, « initialement de 7, passé à 2 à ce jour » et déplore l’arrêt de la Brigade anti-criminalité ainsi que « des brigades de police secours à quatre titulaires et un commissariat sans commissaire de police ».
Selon l’hebdomadaire, deux interpellations auraient eu lieu après l’agression des fonctionnaires.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.