Rouen Pourquoi a-t-on envie de fumer après l'amour ? Ce scientifique de Rouen a les explications

Anthony Duncan, enseignant-chercheur à l'Université de Rouen, vient de publier Pourquoi elle monte, ma mayonnaise ?, un livre ludique et scientifique, aux éditions Tut-Tut.

Mise à jour : 18/02/2016 à 10:57 par Solène Bertrand

Anthony Duncan, enseignant-chercheur à l'Université de Rouen, explique les sciences aux nuls.
Anthony Duncan, enseignant-chercheur à l'Université de Rouen (Seine-Maritime), explique les mystères de la science, expériences à l'appui.

La science peut sembler un monde impénétrable, réservé aux élites dotées de cerveaux très performants, qui, seules, peuvent comprendre les mystères de la vie et du monde qui nous entourent. La tendance est à la vulgarisation des savoirs pour permettre au plus grand nombre de se familiariser avec ces connaissances qui, de prime abord, sont abstraites et bien éloignées de nos réalités quotidiennes. Anthony Duncan, docteur en sciences, enseignant-chercheur à l’Université de Rouen (Seine-Maritime), publie aux éditions Tut-Tut, Pourquoi elle monte ma mayonnaise ? Un livre ludique, qui simplifie le rapport aux sciences, et donne l’impression d’être intelligent… ou presque. Entretien.

Citant Albert Einstein, « L’imagination est plus importante que le savoir », Anthony Duncan invite le lecteur à pénétrer dans un monde magique et merveilleux, celui du quotidien, qui renferme de nombreux secrets et mystères.
Voici les questions auxquelles son livre propose de répondre : Pourquoi certains déodorants capturent les mauvaises petites odeurs ? Pourquoi certains dentifrices vous redonnent le sourire ? Pourquoi vos blancs montent-ils en neige ? Et enfin, une question cruciale : pourquoi a-t-on envie d’une cigarette après l’amour ? L’activité sexuelle déclenche et prolonge dans votre cerveau le dumping sans réserve d’une molécule dopant votre humeur : la dopamine. C’est la molécule qui donne la sensation de plaisir et de récompense. La fumée de cigarette contient des composés qui prolongent le rush des sensations procurées. Le sport agit de même.

Partir à la découverte des mondes insoupçonnés

Normandie-actu : Vous venez de publier un livre rempli d’expériences et de multiples articles pour lever le voile sur le mystère des sciences. C’est votre premier ouvrage. Une activité complémentaire de celle d’enseignant-chercheur ?
Anthony Duncan : Pourquoi elle monte, ma mayonnaise ? est mon premier livre. J’avais envie d’écrire un livre un peu différent. L’idée était d’avoir autant de plaisir à l’écrire que le lecteur aura à le lire. Physico-chimiste, enseignant-chercheur à l’Université de Rouen, j’ai eu envie de prendre le lecteur par la main et de partir à la découverte de ces mondes insoupçonnés, qu’évoque Albert Einstein, dans la citation en préambule de mon livre : « Il est absolument possible qu’au-delà de ce que perçoivent nos sens, se cachent des mondes insoupçonnés. »

Les ouvrages qui visent à populariser la science se multiplient, apportant des éclairages simples à des sujets complexes. Citons Pourquoi les manchots n’ont pas froid aux pieds ? Pourquoi les éléphants ne peuvent pas sauter ? Questionnant également le lecteur, votre livre joue la carte de la proximité pour faciliter l’accès au savoir.
La science nous entoure et elle est présente partout dans notre quotidien. Par le biais d’expériences et de questions simples, j’invite le lecteur à renouer avec l’enfant qui sommeille en lui. C’est aussi une invitation à découvrir et à observer notre monde. Il faut adopter une approche intuitive, comme les enfants qui portent un regard décalé sur le monde, ce qui leur permet de percevoir des choses qui échappent aux adultes.

Décomplexer le lecteur

Les adultes n’osent pas poser des questions simples par peur d’être ridicules. Pourtant, nombreuses sont nos interrogations qui demeurent sans réponse. Il faut cesser d’avoir des complexes et simplement oser questionner notre environnement.
Il me paraît très important de décomplexer le lecteur. Je rends simples des phénomènes qui peuvent paraître compliqués. Le livre balaie tout un spectre de questions : des questions banales et pratiques jusqu’à des questions loufoques et sans intérêt, pour ouvrir sur une approche plus philosophique, comme l’infiniment petit et la physique quantique.

Votre livre suit cette progression. On commence par des expériences amusantes, du type la recette pour devenir un pro de la mayonnaise, ou le test sur le vinaigre, incroyable détartrant. Vous répondez aussi à des questions vitales, comme pourquoi le savon, ça lave et ça mousse ? Tout notre quotidien est passé au crible de la science : de la cuisine aux produits de beauté, en passant par la cigarette post-coïtale.
L’idée est effectivement de mettre en avant l’aspect pratique des sciences. Aborder différentes notions, en partant d’expériences sympathiques pour approcher la dimension plus philosophique, qui se cache derrière le monde. C’est une façon de s’amuser, tout en étant très sérieux.

Une approche anglo-saxonne

Vous avez fait vos études au Canada, soutenu votre thèse à l’université de Toronto. Votre approche du savoir est très anglo-saxonne, privilégiant une connaissance accessible à tous, et non réservée à des spécialistes.
Mon livre vise à décloisonner les mondes, jetant un pont entre le monde universitaire et le grand public. Je pense que mon approche a été effectivement marquée par ma double culture : j’ai grandi dans les deux univers (Canada et France), c’est pourquoi mon approche de la connaissance est très imprégnée de la culture d’Amérique du Nord. Entre la France et le Canada, le rapport à la connaissance est très différent. Dans les pays anglo-saxons, la connaissance est accessible à tous en terme d’appréhension du savoir. Le rapport est plus cash et non formel. La connaissance instinctive et l’interactivité sont privilégiées. C’est moins déconnecté de la vie, de l’histoire des sciences qu’en France, où est privilégiée l’approche platonicienne et théorique.

Après ce premier livre, avez-vous de nouveaux projets ?
J’ai pas mal d’idées et ça foisonne. L’objectif est toujours le même : apprendre en s’amusant et faire de la physique appliquée pour mieux comprendre son environnement.

  • Infos pratiques :
    Pourquoi elle monte ma mayonnaise ?, aux Éditions Tut-Tut
    Prix : 14 euros

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.