Rouen Musique. À Rouen, le label Smap records reprend du service. Notre interview

Après un sommeil long d'une trentaine d'années, le label Smap records reprend du service avec l'album des Hot Slap, un groupe de Rouen, et prochainement, des inédits d'Éric Tandy.

Mise à jour : 25/10/2015 à 14:42 par Thierry Chion

Hot Slap, le premier groupe qui bénéficie du renouveau du Label.
Les Rouennais de Hot Slap, le premier groupe qui bénéficie du renouveau du Label. ©D.R.

En 1981, le premier 45 tours de Smap records sortait. Après quelques autres coups, le label créé par Claude Levieux entre en sommeil. Ce passionné de musique originaire de Pont-Audemer (Eure) et installé à Rouen (Seine-Maritime) a décidé de redonner vie à son label. Il vient de sortir l’album des Hot Slap et finalise un autre projet qui mettra à la lumière des inédits d’Éric Tandy, parolier des Olivensteins.

Un boulot de longue haleine

Normandie-actu. Le label Smap records a vécu une première vie dans les années 80 en sortant les disques de Nurses, Nouveaux riches… Qu’est-ce qui vous a motivé à donner une seconde vie au label, 30 ans après ?
Claude Levieux : Je compile depuis plusieurs années tout ce qui à trait au rock à Rouen des années 70/80 afin d’alimenter la page de Rouen L’explosion rock sur Facebook et éventuellement faire un bouquin de tout cela… Mais un tel bouquin, c’est un boulot de longue haleine et je n’ai pas le temps de m’y consacrer actuellement. Peut être à la retraite ? Du coup, j’ai pensé qu’il serait judicieux, en attendant, de réactiver le label pour faire la bande son de cette époque. J’avais commencé à y réfléchir, quand je me suis retrouvé à côtoyer certains membres du groupe, les Hot Slap, qui étaient un peu bloqués sur leur projet d’album. J’ai décidé de me relancer avec ce projet.

Écoutez Les Nouveaux riches :

Un label rock

Pourquoi les Hot Slap ?
Les Hot Slap, c’est une rencontre il y a un an et demi, à un concert “sauvage” devant un bar, à Rouen, en parallèle des Terrasses du Jeudi, et j’avais été conquis par leur manière de faire adhérer un large public à leur musique. Un peu comme les Stray Cats à l’époque… de plus c’est un groupe qui joue pratiquement chaque semaine. On sait que les groupes vendent souvent leurs disques pendant les concerts donc je me suis lancé avec eux. Après six mois, l’album s’est bien vendu et a permis d’asseoir la notoriété du groupe auprès d’un public plus large que le cercle du rockabilly. Le créneau musical du label est forcément le rock, mais on ne s’interdit pas d’aller explorer d’autres territoires musicaux.

Le teaser de l’album :

CD ou vinyle ?
Je reste attaché au support physique de la musique et complètement allergique au téléchargement (qu’il soit légal ou autre), donc les deux forcément. Le vinyle, malgré la hype qui l’entoure actuellement, reste économiquement très lourd à produire avec des contraintes de délais de fabrication très longs. Donc ce sera avec parcimonie pour des projets bien précis (comme la compilation).  Le CD a pour lui son faible coût de production, sa rapidité de fabrication et la facilité de distribution… et la possibilité de faire des petits tirages avec des prix de vente raisonnables.
Au niveau visuel, je bosse essentiellement avec Canton-baccara qui s’occupe de toute la partie graphisme du label.

Le nouveau visuel du Label. (D.R.)
Le nouveau visuel du Label. (D.R.)

Les Olivensteins auraient été un bon kif

Quels sont les disques que vous auriez aimés sortir ces 30 dernières années ?
Dans mon esprit, Smap est et devrait rester un micro label purement local. Sur Rouen, j’ai bien aimé les albums de Mr Lab ainsi que ceux de Steeple Remove, mais de là à les produire… Après, la compilation Olivensteins aurait été un bon kif, mais le boulot de JB de Born Bad est irréprochable.

Écoutez Les Olivensteins :

Déjà des projets dans les cartons ?
Pour les projets à venir, on bosse donc sur la bande son du rock rouennais des années 80 qui devrait sortir au premier trimestre 2016. On se dirige sur un double album vinyle, mais, à cette heure, tout n’est pas encore bouclé.
À très court terme, en novembre ou décembre 2015, on sort un album d’une dizaine de titres inédits d’Éric Tandy, le parolier des Olivensteins. C’est un album enregistré avec Vincent Denis en 1985 et qui n’était pas sorti à l’époque. On a retrouvé des cassettes à l’occasion des recherches pour la compil ; ça s’appelle Cafards bizarres et ça risque de surprendre pas mal de monde. C’est Dominique Lafontaine qui est en train de restaurer les cassettes, car on n’a pas retrouvé les bandes studio, et de faire le mastering. Je pense également sortir des petites séries de CD d’autres groupes dont on a retrouvé des titres en bossant sur la compil. Tout ce matériel sera regroupé sous le terme générique de  Rouen l’Explosion Rock archives série.
Un deuxième projet à court terme vient de se finaliser : un EP quatre titres inédits des Flics (futur Tupelo Soul), enregistré en 1983. Petit tirage limité. Sa sortie est prévue quasiment en même temps que celui d’Éric. Il y a d’autre projets avec des groupes actuels, mais rien de finalisé aujourd’hui.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.